Tribune : L’agent Kouakou Aimé explique pourquoi les clubs ivoiriens ont du mal à exporter leurs joueurs

Pourquoi les clubs ivoiriens rencontrent des difficultés à exporter leurs joueurs dans les grands championnats ? Le Sport ivoirien a recueilli pour vous les analyses du manager-intermédiaire Kouakou Kouadio Aimé.

« Sur le marché des transferts, les clubs sont à la recherche des jeunes joueurs qui ont une marge de progression importante pour leur relève. Malheureusement en Côte d’Ivoire, les clubs à l’exception de quelques uns, misent beaucoup sur l’expérience ce qui ralenti considérablement la  progression des jeunes. Le football c’est la formation, pour attirer les recruteurs et les partenaires. Il faut que nos clubs misent sur la formation des jeunes et aussi leur donné l’opportunité́ de compétir pour avoir le rythme car pour réussir un test en Europe, il faut être prêt surtout physiquement et techniquement.

Il faut promouvoir le championnat des petites catégories car a partir d’un certains âge, même le meilleur agent du monde ne peut t’aider à intégrer un club professionnel en Europe. Il faut noter qu’il y’a un âge pour rentrer en Europe. A partir de 23 ans ça devient très compliqué voir impossible sauf ceux qui auront la chance de s’illustrer dans les grandes compétitions continentales. Le meilleur âge pour rentrer en Europe est 18 ans. Si les pays comme le Nigeria, le Ghana et le Sénégal arrivent à placer plusieurs joueurs en Europe c’est parce qu’ils ont des structures qui forment bien. A cela s’ajoute le manque de partenariat de nos clubs avec les clubs européens.

Aujourd’hui, comment tu peux comprendre que certains clubs,  malgré́ un passé glorieux, se retrouvent incapable de placer un ou deux joueurs à l’étranger par saison? Il faut souligner qu’un club qui aspire à vendre des joueurs doit tisser des relations avec des clubs à l’étranger afin de permettre aux joueurs d’avoir des opportunités pour faire des essais. Tant que les clubs n’auront que pour objectif le maintien et compter sur la subvention de la  fédération, ça sera difficile de faire des entrées d’argent car c’est la vente de joueurs qui peut rendre un club riche. J’invite tous les clubs Ivoiriens à misér sur la formation et la promotion des jeunes joueurs car c’est le meilleur moyen d’avoir de nombreux footballeurs professionnels et internationaux sur l’échiquier mondial. Il faudra aussi une volonté́ politique de professionnaliser et de dynamiser le football national à travers la construction des stades, l’amélioration des revenus des footballeurs et la valorisation du football local afin de permettre aux jeunes de finir leur formation avant de tenter une aventure européenne car c’est la recherche du bien-être et d’un niveau de vie meilleur qui poussent nos joueurs à sortir prématurément de la Ligue 1 ivoirienne.

Aussi j’encourage les joueurs à choisir  et faire confiance à un seul agent car avoir plusieurs agents sali  l’image du joueur vis a vis des clubs. Un joueur proposé par plusieurs agents dans un même club démontre que le joueur n’est pas sérieux et manque de personnalité́. En conclusion, il est impératif que tous les acteurs du football ivoirien prennent en compte ses paramètres et je lance un appel aux clubs d’accepter de collaborer avec les agents pour un meilleur rayonnement du football national attractif aux recruteurs »

Kouakou Kouadio Aimé

Agent intermédiaire




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!