Rugby : Les clubs vont faire barrage au hold-up électoral que prépare le président Elvis Tanoh

Après une première conférence de presse tenue il y a un mois et à quatre jours de l’Assemblée générale élective de la fédération ivoirienne de rugby (FIR), le Collectif rugby uni Côte d’Ivoire (CRUCI) était hier une fois de plus devant les hommes de média pour balayer l’actualité brûlante du rugby ivoirien. Il s’agissait pour Coulibaly Balla et ses compères de faire la lumière sur les manigances d’Elvis Tanoh pour se maintenir à la tête de la FIR et du rejet de la candidature de Kouassi Arnaud.

Sur le premier point, Coulibaly Balla est revenu sur la genèse de la crise qui secoue le rugby ivoirien. « La fédération viole nos statuts et règlements. C’est ce qui nous fonde à ne pas reconnaitre les statuts et règlements édités en toute illégalité par cette fédération. Nous avons mené plusieurs actions pour que la fédération respecte nos textes de 2012. Nous avons sollicité l’arbitrage du ministère des Sports qui a promis régler le problème avant l’Assemblée élective. Le 2 décembre, nous avons également écrit à la fédération pour qu’elle reçoive les clubs afin de vider les contentieux. Mais elle n’a jamais daigné nous répondre. Cette attitude méprisante de la fédération nous a beaucoup peinés parce que nous avons toujours voulu l’union au sein de notre discipline », a regretté le président de l’AUC.

Malgré la volonté des clubs de sortir de l’impasse, le président Elvis Tanoh reste fermé à tout dialogue et se ferme dans un silence assourdissant au grand regret de la famille de la balle ovale. « Notre combat est uniquement basé sur le respect de nos textes. Toutes les démarches que nous avons entreprises allaient dans le sens d’apaiser le climat autour du rugby. Mais le président n’a jamais voulu nous écouter, n’a jamais voulu discuter avec nous. Il refuse le dialogue. La fédération a divisé le rugby ivoirien », se désole, pour sa part, Jean-Baptiste Kouassi de Bélier rugby club de Yamoussoukro.

Un président fermé au dialogue et sur le point de faire un hold-up électoral

En ce qui concerne le rejet de la candidature de Kouassi Arnaud, Jean-Baptiste Kouassi a fait ces éclaircissements : « La commission électorale a été mise sur pied de façon unilatérale, sans aucune consultation préalable des clubs. Kouassi Arnaud a été exclu du jeu électoral de façon arbitraire. On dit qu’il n’a pas la licence 2019, cela est faux (Jean-Baptiste Kouassi présente alors une licence bien valide de Kouassi Arnaud, Ndlr). En ce qui concerne la caution de 2 millions, on l’a toujours payée le jour des élections. Quand Elvis Tanoh a été élu, il n’avait pas payé la caution le jour du dépôt de sa candidature, mais le jour de l’élection. Cela a toujours été comme ça ».

Après avoir tout verrouillé, Elvis Tanoh est le seul candidat à sa propre succession. Une mascarade qui horripile le CRUCI, décidé à s’opposer à la forfaiture du président sortant de la FIR. « Nous allons contester et combattre par tous les moyens légaux la mascarade qu’organise Elvis Tanoh. Nous ne reconnaîtrons jamais les travaux de cette assemblée générale élective illégale », a clamé en chœur le collectif des présidents de club.

PAR ABDOUL KAPO
abdoul.kapo@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!