Rugby : C’est la guerre entre le CRUCI et le président de la fédération

Il y a du rfifi au rugby ivoirien. A quelques semaines de la fin du mandat d’Elvis Tanoh et de la tenue de l’Assemblée générale élective, un groupement de présidents de clubs réunis au sein du Collectif rugby uni Côte d’Ivoire (CRUCI), est monté au créneau hier mardi au cours d’une conférence de presse, au siège de l’AUC à l’Université de Cocody, pour dénoncer les manœuvres du patron du rugby ivoirien. Ce collectif qui revendique la majorité des clubs votants, accusent M. Tanoh de violer les règlements et statuts dans l’optique de se maintenir à la tête de l’instance. « Lors de l’Assemblée générale extraordinaire, le président de la fédération a fait passer en force des dispositions, notamment le vote des centres de formation, contre l’avis de l’Assemblée. Cette Assemblée générale a été truffée d’irrégularités. Pour le CRUCI, l’Assemblée générale extraordinaire tenue n’a aucune valeur. », a asséné Balla Coulibaly le président de l’AUC.

LE CRUCI s’est fermement opposé au droit de vote accordé aux centres de formation. « Nous ne sommes pas contre les centres de formation, mais dans aucune fédération les centres de formation ne participent à l’élection du président. Ce n’est pas ce que nous voulons pour notre fédération. Le président Tanoh a lui-même été élu par les clubs et non par les centres de formations. On ne peut pas changer les règles du jeu en plein match. Il y a une volonté manifeste du président de se maintenir vaille que vaille à la tête de la fédération et ça, nous ne pouvons l’accepter », a martélé Balla Coulibaly, entouré pour l’occasion de Kouassi N’Goran Louis (Bouaké), Kallou Caleb (Béliers de Yamoussoukro), Ezan Guillaume (ORC) et Koné Karamoke (TRUC).

Remonté, le collectif des présidents de club s’est aussi prononcé sur la forclusion du bureau fédéral. « Si l’AG élective n’est pas organisée d’ici le 23 novembre, le bureau fédéral sera forclos. Il ne peut plus du coup convoquer l’Assemblée générale élective. Nous demandons par conséquent la mise en place d’un comité ad hoc pour gérer les affaires courantes. Nous interpellons le ministère des Sports et les autorités compétentes à se saisir du dossier de la fédération ivoirienne de rugby. Nous demandons à la tutelle de rappeler le président de la fédération à l’ordre. En tout cas, nous userons de tous les moyens légaux pour faire barrage à la forfaiture. Et Elvis Tanoh sera tenu pour responsable de ce qui pourrait se passer », a mis en garde le CRUCI qui a par ailleurs condamné la convocation du président d’Adzopé devant la justice civile, en violation des règlements et statuts de la fédération.

PAR ABDOUL KAPO
abdoul.kapo@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!