La question qui fâche : L’ASEC, en pleine crise, doit-elle chasser Amani Yao ?

Largué en Championnat et en Ligue des champions, l’ASEC Mimosas est enfoncé dans une crise qui a mis en lumière les limites de la méthode Amani Yao. Résultats alarmants, fond de jeu inexistant, investissement et état d’esprit défaillants… Le coach mimos est sur la sellette.

 

Champion de Côte d’Ivoire en titre, Amani Yao vit une période compliquée sur le banc de l’ASEC Mimosas. Malgré les bonnes impressions laissées la saison passée -avec notamment le titre de champion- et un mercato au cours duquel tous ses désirs ont été exaucés par la direction du club, la tension est montée d’un cran ces derniers mois. Ce n’est pas la pénible victoire sur l’AFAD dimanche en Ligue 1 qui a fait descendre la température.

 

L’ASEC Mimosas enchaîne résultats décevants et prestations déconcertantes depuis de longs mois. Le club jaune et noir a multiplié les déroutes sur la scène africaine (défaites 5-2 contre le WAC Casablanca et 3-1 face au Mamelody Sundowns) et en Championnat (revers 2-0 contre Bassam et 1-0 contre le WAC à Nantes, nul contre face à Tanda et Gagnoa…). Sous le feu des critiques, Amani Yao s’obstine dans ses mauvais choix. Les Actionnaires ne comprennent pas certains choix humains et tactiques de leur entraîneur. Un comportement qui agace. Une partie des supporters réclament ainsi la démission de celui qu’ils jugent responsable de la situation actuelle. Selon nos sources, Amani Yao serait également contesté en interne. En conflit avec le vice-président Baky Koné, la direction du club s’interrogerait sur la capacité de l’ancien international ivoirien à redresser l’équipe, alors même que certains joueurs apparaissent de moins en moins concernés et que le vestiaire parait au bord de l’implosion.

 

Un proche du club et jaune noir tranche : «Amani Yao devait faciliter la tâche au président (Roger Ouégnin) en démissionnant. Il est encore là parce que le président n’a pas pour habitude de virer un coach en pleine saison». Pour autant, le coach mimos n’est jamais apparu aussi en danger. Alors, d’après vous, l’ASEC MImosas doit-il se séparer de son entraîneur ? A vos claviers ! Votre avis nous intéresse.

 

Abdoul KAPO
abdoul.kapo@sportmania.ci



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!