Handball : Les arbitres et la fédération se battent pour une histoire de primes impayées

Le handball ivoirien est, de nouveau, secoué par une affaire de primes. En effet, les arbitres et la Fédération sont à couteaux tirés sur le paiement des primes. Tout serait parti du refus des arbitres de la Fédé de diriger les matchs de la D2 parce qu’ils réclameraient une révision à la hausse de leurs primes. L’intransigeance des arbitres fédéraux oblige le Comité directeur de la FIHB à solliciter d’autres acteurs, c’est-à-dire les entraîneurs et les anciens joueurs pour officier les rencontres qui se déroulent actuellement.

En fait, les arbitres ont réclamé le même montant que pour la D1 avant de diriger les oppositions de la D2. « Avant le début de la saison, on s’était entendus sur un forfait de 305.000 FCFA par journée pour la Ligue senior qui comprend la D1 et la D2. Il se trouve que la Fédération nous propose 205.000 FCFA par journée pour la D2. D’où la colère des arbitres. On était en discussion quand la Fédération a décidé de faire jouer ses matchs sans nous », a déploré la vice-présidente de la commission des arbitres, Dablé Roseline.

Du côté de la FIHB, ce comportement qui frise le boycott de la D2 ne peut être accepté. « Nous ne sommes pas d’accord avec les exigences des arbitres parce que la saison dernière, il y a eu un écart de 100.000 FCFA entre les primes de la D1 et de la D2. Nous avons donc décidé de continuer dans la même logique cette année », a expliqué le trésorier de la FIHB, Coulibaly Ibrahim. Et de poursuivre : « Face à la difficulté de ramener les arbitres à la raison, nous avons donc décidé de prendre nos responsabilités pour faire jouer nos matchs ». En tout cas, on ne sait pas quand cette nouvelle crise arbitre-fédération pendra fin. Car, chaque camp campe sur sa position.

Supersport




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!