Habib Maïga (FC Metz) : “Je suis heureux, parce que je reviens de très loin”

Prêté au FC Metz par Saint-Etienne, Habib Maïga s’éclate en Moselle. Le milieu ivoirien de 23 ans a surmonté l’épreuve des blessures pour s’imposer comme l’un des éléments clés de son équipe qui écrase tout sur son passage en Ligue 2. Revenu à son meilleur niveau, Maïga s’est confié à SportMania.ci. Sa blessure, ses ambitions, son avenir… l’excellent le Messin dit tout.  

 

-Habib, vous êtes arrivé blessé au FC Metz. Huit mois après le début de saison, comment vous sentez-vous ?
Je vais très bien, merci. Cela fait d’ailleurs un bon bout de temps que je vais bien. Je suis revenu à la compétition avant la trêve de janvier. Depuis, j’enchaîne les matches sans ressentir de douleur.

 

-Vous souffriez d’une blessure assez sérieuse contractée lors de votre prêt en Russie. On imagine que cela a dû être des moments difficiles pour vous ?
Ah oui, terriblement difficile ! Même si par le passé, j’ai connu ce genre d’épreuves, il n’y a rien de plus difficile et de plus frustrant que de regarder ses coéquipiers jouer, s’éclater sur le terrain. Mais je l’ai pris sur moi, même si m’est arrivé d’être triste pendant cette période. Il fallait surtout que je sois fort mentalement pour supporter les soins et les charges de travail. De toute façon, si je voulais vite revenir, je n’avais pas le choix.

 

-Avec le recul, regrettez-vous cette aventure russe ?
Pas du tout ! Je n’ai aucun regret. Avant d’aller en Russie, j’ai bien réfléchi. J’ai pensé que c’était l’endroit idéal pour gagner du temps de jeu, pour mon épanouissement sportif. Franchement, j’ai beaucoup appris pendant le très peu de temps passé là-bas. C’est une aventure que j’ai aimée.

 

-Cet été, au moment de quitter Saint-Etienne, vous aviez le choix de rester en Ligue 1, pourquoi avez-vous finalement choisi le FC Metz, un club qui évolue dans une division inférieure ?
J’avais effectivement plusieurs clubs de Ligue 1 à ma porte. Mais quand l’entraineur du FC Metz (Frédéric Antonetti) m’a appelé au téléphone pour m’exposer le projet du club, je n’ai pas hésité un instant. J’ai tout de suite su que c’était le club qu’il me fallait pour continuer ma progression. Ça se voyait que le club me voulait vraiment. C’est quelque chose qui m’a touché et qui a compté dans mon choix.

 

Je ne peux pas dire du mal de Saint-Etienne

 

-Aujourd’hui, on ne peut pas dire que vous regrettez votre choix…
Ah non ! Tout se passe comme le coach me l’avait promis. On est leader de la Ligue 2, on a de bons résultats, on pratique un beau football. Je suis titulaire. Que demander de plus ? Les dirigeants de Metz ne m’ont pas vendu du vent. Aujourd’hui, on a l’opportunité d’accéder à la Ligue 1 et de terminer même champion de la Ligue 2. On va tout faire pour y arriver.

 

-Quand vous vous êtes remis de votre blessure, le club roulait super bien sans vous. Dès lors, on se demande comment avez-vous fait pour gagner une place de titulaire dans ce groupe très performant ?
Ce n’est effectivement pas facile d’intégrer une équipe qui marche bien, qui a de bons résultats. Mais je n’ai jamais eu peur de la concurrence. Je savais que si je bossais dur, le coach allait me donner ma chance à un moment ou l’autre. Il m’appartenait ensuite de saisir cette chance. Peut-être que le train n’allait pas repasser deux fois. C’est ce que j’ai fait. Dieu merci, j’ai pu donner satisfaction au coach. Je joue régulièrement, j’ai de belles performances. Cela me rend heureux parce que je reviens de très loin. Mais je sais que je peux faire mieux, être encore plus performant.

 

-Sauf tremblement de terre, Metz va retrouver la Ligue 1 dans quelques semaines. Aimeriez-vous continuer l’aventure en Lorraine ou vous penchez plus pour un retour à Saint-Etienne ?
J’ai été prêté par Saint-Etienne avec option d’achat. Donc tout dépendra un peu des dirigeants de Metz. S’ils décident de lever l’option d’achat, je serai très heureux d’accompagner le club en Ligue 1. Comme je l’ai dit plus haut, je me sens vraiment bien dans ce club. Mais le moment venu, on s’assoira au tour d’une table avec les différentes parties concernées pour évoquer mon avenir. On a une saison à terminer.

 

-Regrettez-vous que Saint-Etienne ne vous ai pas fait confiance sur la durée ?
Je ne peux pas dire du mal de Saint-Etienne car c’est le club qui m’a formé et permis d’être ce que je suis aujourd’hui. Les choses auraient pu se passer autrement si l’on m’avait fait confiance. Je sais que je n’avais pas été pas mal sous le coach Garcia. Mais ma situation s’est assombrie après son départ. Honnêtement, j’aurai bien aimé réussir à Sainté parce que c’est mon club formateur. Mais je ne vis pas avec des regrets. Aujourd’hui je suis heureux à Metz, c’est le plus important !

 

Réalisée par Abdoul KAPO
abdoul.kapo@sportmania.ci  



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!