France : Atteint du coronavirus, le médecin de Ghislain Konan se donne la mort

Le Stade de Reims a été frappé en plein coeur par la pandémie de Covid-19. Comme révélé par Le Parisien, le club champenois a perdu une de ses figures, le docteur Bernard Gonzalez, 60 ans, qui s’est donné la mort dimanche. Praticien marnais très apprécié d’un important cabinet situé dans un quartier réaménagé de la ville, il était aussi le médecin et le confident du club champenois depuis vingt-trois ans.

Atteint du Covid-19, Bernard Gonzalez était en confinement chez lui avec son épouse, également contaminée. Ce pourrait également être le cas de ses parents. Le médecin a laissé une lettre détaillée qui explique son geste. Dans cet acte de détresse, il aurait révélé la nature et l’avancée de sa contamination, ne souhaitant visiblement plus lutter contre ce fléau. Selon une source médicale citée par l’AFP, le médecin « semblait pourtant en pleine forme il y a deux jours ».

Le monde du sport pleurait déjà la disparition du médecin d’un autre club sportif professionnel français : le 27 mars, Sami Reda (63 ans), qui officiait auprès des Jokers de Cergy-Pontoise (hockey-sur-glace), était décédé au centre hospitalier de Pontoise.

« Les mots me manquent, je suis abasourdi, prostré devant cette nouvelle, a réagi sur le site du Stade de Reims, le président Jean-Pierre Caillot, dont c’était le médecin personnel. […] Sa mission au club de plus de 20 ans a été réalisée avec le plus grand professionnalisme, de manière passionnée et même désintéressée. Le docteur Gonzalez, dans les périodes les plus dures du club, a ainsi oeuvré de manière bénévole. C’est un médecin précis dans ses missions et artiste par ses passions. […] Toutes mes pensées, celles du club dont il restera une figure forte, vont vers son épouse et ses parents. Aujourd’hui c’est un drame qui nous frappe. »

Très préoccupé par l’épidémie

Attentif et préoccupé par l’épidémie, comme s’il avait très vite compris ce qui se profilait, Bernard Gonzalez avait établi un protocole strict au sein du club, où l’ensemble des membres étaient invités à reproduire sans exception les gestes barrière. Parallèlement, il s’était investi dans la lutte contre le virus au sein de son cabinet en ville. Il avait, par exemple, décliné notre invitation à s’exprimer sur la pandémie et son investissement, faute de temps disponible. Il se consacrait exclusivement à la réception de ses malades.

Avec France football




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!