Football, France : Le malaise Bertrand Traoré fait trembler Lyon

Longtemps considéré comme un grand espoir du football africain, la courbe de la carrière de Bertrand Traoré a du mal à atteindre son pic. L’international burkinabè, qui débute sa troisième saison sous la tunique de l’Olympique Lyonnais, est actuellement dans le creux de la vague et est devenu la cible des critiques. Après s’être révélé aux yeux de l’Europe, lors de son prêt concluant au sein de la formation de l’Ajax d’Amsterdam, Bertrand Traoré a été transféré définitivement par Chelsea à l’Olympique Lyonnais pour 10 millions d’euros (avec un droit de préemption).

C’est avec un statut de star que le natif de Bobo-Dioulasso a débarqué chez les Gones. Après une première saison encourageante et remplie de promesses pour la suite (13 buts en 31 matchs), le joueur passé par Chelsea a connu un second exercice plus que mitigé (7 buts en 34 matchs). Une saison 2018-2019 marquée par des performances en dents de scie qui lui a coûté son statut de titulaire à part entière. Aujourd’hui, le frère cadet d’Alain Traoré doit composer avec la concurrence de l’Ivoirien Maxwel Cornet, voire même du Français Martin Terrier, sur le côté droit de l’attaque des Gones.

BERTRAND FORTEMENT CRITIQUÉ

Malgré ses six titularisations sur neuf apparitions cette saison, l’attaquant burkinabè n’est pas parvenu à convaincre qu’il pouvait franchir un nouveau cap et continue de laisser ses fans et autres observateurs sur leur faim. Ses dernières sorties jugées décevantes en championnat comme en Ligue des champions (une titularisation sur trois matchs), l’ont placé sous les feux des critiques. Pierre Menès, journaliste sportif bien connu du paysage médiatique français, n’a pas hésité à tacler sévèrement l’ancien sociétaire de l’Ajax d’Amsterdam. « Le je-m’en-foutisme absolu d’un garçon comme Traoré, qui mériterait d’aller jouer avec la réserve pendant quelques semaines pour se remettre la tête à l’endroit tellement sa prestation était à la limite d’être honteuse… », a-t-il martelé après la défaite de Lyon en Ligue des champions contre Benfica.

Pour le site Maxifoot, l’entrée en jeu du natif de Bobo-Dioulasso contre le club portugais est « à la limite du ridicule ». Le confrère français lui a même attribué une note de 2 sur 10. Sur les réseaux sociaux, l’international burkinabè n’échappe pas également au lynchage.

QUELLES EXPLICATIONS AU MALAISE BERTRAND TRAORÉ AVEC LYON ?

Si les prestations jugées décevantes de Bertrand Traoré font de lui la cible des critiques, il faut aussi dire que la production du collectif lyonnais n’est pas du tout emballante. Hormis les deux premières rencontres de la saison, Lyon n’a quasiment rien proposé en termes de contenu et a enchaîné quatre nuls et trois défaites. Le contexte n’est donc pas l’idéal pour permettre à l’international burkinabè de retrouver du mordant dans le jeu.

En plus de la pression qui s’accentue sur le club et les critiques qui fusent de toute part, Bertrand Traoré ne semble pas avoir trouvé sa place dans l’équipe lyonnaise. Positionné sur l’aile droite comme ailier inversé, pour lui permettre de repiquer dans l’axe et utiliser son pied gauche, l’international burkinabè n’arrive pas vraiment à s’y épanouir. Il faut dire qu’en jouant dans le couloir, il lui faut beaucoup d’investissements dans le repli défensif. Donc de la générosité dans les efforts. Depuis la saison écoulée, il a clamé son désir d’être positionné autrement sur la pelouse. En effet, le joueur passé par Chelsea avait indiqué qu’il souhaitait être plus proche des buts en soutien de l’attaquant de pointe en être placé dans le cœur du jeu.

Malgré le départ de Nabil Fékir et les changements d’entraîneurs, la position du frère d’Alain Traoré n’a pas changé. L’ancien pensionnaire de l’Académie de Chelsea doit donc sortir le bleu de chauffe pour s’adapter à son poste et redevenir une pièce maîtresse de Lyon ou envisager pourquoi pas un départ au mercato d’hiver pour redonner un coup de fouet à sa carrière. A 24 ans, il n’est plus un espoir et doit enfin montrer toute l’étendue de son talent.

Péma Gaël BAYALA, à Ouagadougou
info@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!