Foot : Les débuts de rêve du magicien Zahoui François avec la Centrafrique !

S’il est arrivé dans des conditions troubles en Centrafrique et qu’il n’a même pas encore signé de contrat avec la fédération, Zahoui François connait une entame d’aventure de rêve avec les Fauves du Bas-oubangui. Le technicien ivoirien, qui passe une sorte de test sur le banc de la sélection centrafricaine, n’a pas mis du temps pour imposer sa patte et donner un nouvel élan à sa formation. Après avoir battu le Niger (2-0) en amical pour ses débuts, Zahoui a réalisé un joli coup jeudi en disposant du Burundi sur le même score lors de la première journée des éliminatoires de la CAN 2021. En deux rencontres, l’ancien sélectionneur de la Côte d’Ivoire en est donc à deux succès pour quatre buts inscrits et zéro encaissé.

Il n’en fallait pas plus pour provoquer une certaine euphorie en Centrafrique qui rêve désormais à une première participation à la grande fête du football africain. Proche de ses joueurs, loué pour son goût du travail, son humilité et son management, Zahoui François séduit les sportifs de son nouveau pays d’accueil. Pour la presse nationale, il n’y a pas de doute : l’Ivoirien de 57 ans est le technicien qu’il fallait aux Fauves. « C’est vraiment un bon technicien avec du vécu. Il connait le très haut niveau. Il réalise un bon boulot et tout le monde l’apprécie. Il est l’homme de la situation », s’enthousiasme le journaliste Wambobo Fridolin.

Aujourd’hui, les Centrafricains sont convaincus qu’avec Zahoui, leur équipe nationale, classée 111è au classement FIFA, peut voyager loin. Et ils ne voient pas l’état de grâce qui accompagne les débuts de l’ex-international ivoirien s’estomper de sitôt. En tout cas, dans une poule constituée du Maroc, de la Mauritanie et du Burundi, il va falloir beaucoup de baraka au vice-champion d’Afrique 2012 pour offrir aux  Fauves une première participation à la CAN. Soutenu par la  Fédération, le cet immense défi ne semble pas faire peur à l’ex-sélectionneur du Niger. « Zahoui est un homme de défi. Les gens n’ont pas compris pourquoi il a accepté de travailler sans un contrat avec la Centrafrique. Son engagement va au-delà de considérations financières. Il veut réussir ce qu’aucun autre technicien n’a réussi avec la Centrafrique », confie une connaissance du technicien ivoirien.

PAR ABDOUL KAPO
abdoul.kapo@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!