Foot : Le cri de cœur des agents et intermédiaires de joueurs

Après un an d’existence, le Collectif des agents et intermédiaires de joueurs de Côte d’Ivoire (CAIJCI) peine toujours à trouver sa voie dans le marigot du football ivoirien. La faute à la Fédération ivoirienne de football qui snobe ces jeunes qui ont embrassé ce métier très noble. Pour essayer de faire bouger les lignes, le CAIJCI a animé le jeudi une conférence de presse pour exposer les difficultés que sa cinquantaine de membres rencontre, dans l’exercice de leur métier. « Les Agents et Intermédiaires de Joueurs sont des Commerciaux pour les clubs et les footballeurs », tient à rappeler Sam Koffi Marc, le président du collectif.

Pour Sam Koffi Marc, les intermédiaires de joueurs ne devraient pas souffrir autant puisque la FIFA a donné la possibilité, au cours de son 64è congrès tenu à Sao Paulo, à tout le monde de pouvoir embrasser le métier d’agent de joueurs. Mais les réalités sont tout autre en Côte d’Ivoire. « Les présidents de clubs ne respectent pas notre travail. Pourtant, c’est pour leur bien-être économique que nous travaillons. Grâce à notre travail, on peut leur permettre de gagner beaucoup d’argent grâce à la vente de leurs meilleurs éléments », regrette Sam Koffi Marc.

Aujourd’hui, les agents et intermédiaires de joueurs aspirent à être reconnus par la fédération ivoirienne de football de sorte à travailler dans les meilleures conditions. « Il faut permettre aux agents et intermédiaires de travailler en toute légalité. On veut que la FIF organise notre milieu. On veut travailler, on a besoin d’être accompagné », implore Sam Koffi.

Par Abdoul Kapo




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!