Foot : L’année horrible de Serge Aurier

Arrivé au PSG il y a trois deux ans et demi, Serge Aurier aura connu une année 2016 horrible en dehors des terrains. Sportmania.ci fait l’inventaire des douze derniers mois de la vie du champion d’Afrique.

14 février : Le jour où tout a commencé

Au moment où les amoureux du monde entier s’apprêtent à roucouler, Serge Aurier ne trouve rien d’autre que de traiter son entraineur Laurent Blanc de fiotte et insulter ses coéquipiers Zlatan Ibrahimovic, Salvatore Sirigu et Angel Di Maria dans une vidéo sur Périscope. L’onde de choc est telle que le PSG écarte aussitôt son défenseur qui écope également d’une mise à pied.

26 février : Suspendu mais payé

Près de deux semaines après sa mise à pied, Serge Aurier est enfin situé sur son sort. L’international ivoirien est soulagé de voir ses dirigeants se montrer clément à son égard. L’ancien joueur du RC Lens écope finalement d’une suspension d’un mois et demi. Mieux, Aurier perçoit son salaire en intégralité pendant la durée de sa sanction.

13 mars : Le titre sans Aurier

Sous suspension, Serge Aurier rate le match du titre du PSG quand le club francilien humilie Troyes (9-0) pour s’offrir un quatrième titre d’affilée. .

6 avril : Il participe à l’élimination du PSG

Revenu au Camp des loges après près de deux mois de mise à l’écart, Serge Aurier retrouve la compétition en ce 6 avril lors du quart de finale aller de Ligue des champions entre le PSG et Manchester City (2-2). En manque de rythme, le joueur ivoirien passe à côté de son match. Il sera également transparent au cours du match retour qui verra le PSG se fait éliminer par les Citizens.

30 mai : Menotté et jeté en prison

Alors qu’il se trouve en vacances, Serge Aurier trouve quand même le moyen de faire parler de lui. A la sortie d’une boite de nuit parisienne, le défenseur du PSG s’accroche violemment avec des policiers. Menotté, l’Ivoirien est placé en garde vue. Il s’en sort avec une convocation devant le juge fin septembre.

26 septembre : De la prison ferme pour le Parisien

Le verdict est lourd : deux mois de prison ferme. Même s’il nie la version des policiers, Serge Aurier écope d’une lourde peine pour violences sur personne dépositaire de l’ordre public. Le joueur fait immédiatement appel.

8 octobre : Le geste d’égorgement qui ne passe pas

Ce 8 octobre, quand Serge Aurier célèbre le but contre son camp d’un défenseur malien en mimant un égorgement, il est loin de se douter qu’il fera l’objet d’une enquête de la part de la FIFA. Pourtant durant la même rencontre il sauva la vie au jeune Malien Moussa Doumbia qui était en train d’avaler sa langue après un avoir reçu un coup de coude de Lamine Koné.

22 novembre : Déclaré persona non grata en Angleterre

Alors que le PSG doit se rendre à Londres pour y affronter Arsenal en Ligue des champions, le champion d’Afrique se voit retirer son visa à la veille du voyage par les autorités britanniques. Se basant sur la condamnation du Parisien en France, celles-ci déclare Aurier persona non grata sur leur territoire.

 

Abdoul Kapo




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *