Foot : De Ferkessédougou au sommet du foot mondial, l’incroyable parcours de Clémentine Touré

Rarement, un technicien ivoirien n’aura fait autant l’unanimité que Clémentine Touré. Certes, l’entraîneur de l’année 2019 de football féminin désigné aux Awards de la CAF, c’est Desiree Ellis, sélectionneur d’Afrique du Sud. Mais, cette distinction repose essentiellement sur la participation des Sud-africaines au Mondial féminin en France. Sinon, au regard du travail effectué au quotidien pour faire progresser une équipe, il est indéniable que Clémentine Touré est actuellement le meilleur entraîneur de football féminin en Afrique. La preuve, c’est elle l’experte africaine qui a tous les honneurs à la FIFA et à la CAF. Loin d’être une faveur participant de la complaisance, la place accordée par ces instances internationales du football à la patronne des Eléphantes repose sur le travail de cette technicienne pour qui rien n’était gagné.

Clémentine Natogoman Touré est née à Ferkessédougou le 21 mars 1977. Mordue de football dans sa jeunesse, elle a dû affronter les pesanteurs culturelles pour s’adonner à sa passion. Ainsi, tout en allant à l’école, elle a joué au football. Clémentine Touré est un pur produit du football ivoirien. Dans les années 90, elle a disputé le championnat national au sein des formations de l’Espoir de Koumassi, de la JCA et des Amazones de Koumassi. Elle est même l’une des premières joueuses ivoiriennes à exporter son talent, au Ghana en l’occurrence. Elle est internationale ivoirienne à cette époque avec comme vedette des Eléphantes, Koudougnon Adelaïde.

En 2002, à 25 ans, Touré Clémentine arrête sa carrière de footballeuse et décide de se reconvertir dans le métier d’entraîneur. Elle revient au pays. Après s’être imposée au forceps pour faire sa formation avec des hommes, elle prend en main son ancienne équipe, les Amazones de Koumassi. Vu ses bons résultats, elle manque de peu d’être sélectionneur de l’équipe nationale féminine sous Jacques Anouma, alors président de la FIF. Ce n’est que partie remise.

En 2006, au cours d’un tournoi avec les Amazones de Koumassi au Burkina Faso, elle est repérée par le club équato-guinéen d’Aguilas Verdes. Elle fait sensation avec cette équipe en remportant le titre national. C’est ainsi qu’elle est nommée à la tête de la sélection de Guinée Equatoriale, en lieu et place du Gabonais Régis Namon, en vue de la CAN 2008 que le pays doit accueillir. En poules, Clémentine Touré et son équipe font un sans faute devant le Cameroun (1-0), le Congo (5-2) et le Mali (2-1). Après s’être défait du Nigeria (1-0) en demi-finale, elles remportent la finale face à l’Afrique du Sud (2-1), au stade de Malabo.

Sa compétence et son palmarès parlant pour elle, aucun obstacle ne s’oppose alors à la nomination de Clémentine Touré à la tête de l’équipe nationale féminine de Côte d’Ivoire, en 2010. Deux ans plus tard, elle réussit l’exploit de qualifier la Côte d’Ivoire à sa première CAN, en 2012, en Guinée Equatoriale. L’équipe ne franchit pas le premier tour. Mais, deux ans plus tard, elle récidive en conduisant les Eléphantes en Namibie. A Windhoek, les Ivoiriennes décrochent une historique médaille de bronze et première qualification à la Coupe du monde 2015, au Canada.

A la tête des Eléphantes depuis dix ans, la native de  Ferkessédougou manque de peu de conduire la sélection aux JO 2020. Après avoir créé la sensation en terrassant l’ogre nigérian, les Ivoiriennes tombent les armes à la main au Cameroun, sous les ovations du public du stade Ahmadou Ahidjo. La Côte d’Ivoire termine l’année 2019 en tant que cinquième puissance féminine d’Afrique au classement FIFA, derrière le Nigeria, le Cameroun, l’Afrique du Sud et le Ghana. Le challenge maintenant est de qualifier la sélection pour la CAN 2020. La Côte d’Ivoire doit affronter le vainqueur de l’opposition Algérie – Burkina, en juin prochain, pour obtenir son billet.    

Mariée à Haïdara Soualiho, sélectionneur national des U20 et entraîneur des U23, Clémentine Touré est mère de deux enfants. Professeur certifiée d’Education Physique et Sportive, elle est cadre au ministère des Sports, détachée à la Direction Technique Nationale de football. Titulaire d’une licence A CAF, Touré Clémentine est instructrice continentale CAF. Elle est également consultante, instructrice et membre du Technical Studies Group (TSG) de la FIFA.

Avec elle, la Côte d’Ivoire dispose d’une pierre précieuse qu’il convient d’honorer de son vivant.

Magloire Diop in Le Sports




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!