Eric Babou : « Je suis celui qui peut faire de l’Africa un grand club africain »

Après avoir fait le bonheur de l’Africa Sports sur le terrain, Eric Babou s’est engagé à redorer le blason de son club de cœur. Candidat au poste de président du club et rouge, l’ancien international ivoirien nous a raconté ses (énormes) ambitions.

 

Eric Babou est en croisade. Après avoir longtemps observé la décrépitude de l’Africa Sports, l’ancien attaquant prodige des Aiglons a décidé de sortir son club de « la rue ». Porteur d’un projet très ambitieux, il postule à la présidence de ce grand club endormi. Sûr de son fait, Babou se voit comme l’homme de la situation. Le dirigeant qui viendra faire retrouver au club vert et rouge son éclat d’antan.

 

Vous manœuvrez depuis quelque temps pour prendre la présidence de l’Africa Sports. Quelles sont vos réelles motivations ?
Vu l’état dans lequel se trouve l’Africa Sports, mes motivations sont plus que légitimes. Il urge de faire quelque chose pour ce club qu’il nous a tant donné. L’Africa Sports a aujourd’hui besoin  de se professionnaliser, de retrouver son standing. L’Africa Sports doit redevenir le grand d’Afrique qu’il était. C’est ma motivation première. C’est l’amour de mon club qui me pousse à prendre mes responsabilités et à drainer tout ce monde derrière moi. Il faut que l’Africa nouveau naisse !

 

Depuis que vous avez fait savoir vos ambitions, vous recevez des attaques d’Alexis Vagba, le président actuel de l’Africa Sports. Ce sont des attaques qui vous touchent ? Vous les comprenez ces attaques ?
Le président Vagba Alexis s’agrippe à des intérêts personnels. Je comprends donc ses attaques contre ma personne. S’il est si agressif, c’est parce qu’il sait qu’il va perdre beaucoup d’avantages personnels s’il venait à perdre la présidence de l’Africa. S’il pensait à l’intérêt supérieur du club, il allait avoir une autre attitude et une approche plus conciliante afin de réunir tous les enfants de la grande famille oyé.

 

Pour vous, Vagba Alexis et a échoué et il doit donc dégager ?
Je ne sais pas si je dois répondre à cette question. Que ceux qui veulent jouer les aveugles, jouent les aveugles. Mais les faits sont là. Tout le monde les voit. Pour ceux qui aiment vraiment le club, le constat est implacable : Vagba a lamentablement échoué. Il doit être raisonnable et laisser la place à des personnes plus compétentes et plus ambitieuses.

 

On se demande pourquoi c’est maintenant que vous avez décidé de prendre le pouvoir à l’Africa Sports alors que le club est à l’agonie depuis un bon moment déjà. N’êtes-vous pas un médecin après la mort ?
L’Africa est effectivement dans la rue. Ne pas avoir un siège, ne pas avoir un stade d’entrainement… Cela est inacceptable pour un club de la dimension de l’Africa Sports. Mais je ne suis pas un médecin après la mort. J’ai pris le temps pour observer, pour me préparer et réunir des personnes qui pouvaient m’aider à relever ce club. On a eu le temps de préparer un gros projet pour faire sortir l’Africa de la rue, du trou et le ramener à la place qu’il mérite. Je me lance aujourd’hui parce que nous sommes prêts. Mon équipe est prête à relever le défi de la reconstruction de l’Africa Sports. On a l’expertise et les moyens pour hisser l’Africa au niveau qu’il mérite. C’est le bon moment d’autant plus que le mandat du président Vagba arrive à échéance. Il a fait ses quatre années de mandat sans être embêté par qui que ce soit. Ce sont ses résultats qui ne parlent simplement pas en sa faveur. C’est le travail qu’il a fait lui-même qui est son premier détracteur. Aujourd’hui, on doit passer à autre chose. L’Africa mérite mieux.

 

« Vagba Alexis doit laisser la place à des personnes plus compétentes »

 

Et quelle est votre vision de cet Africa nouveau ?
Je vois un Africa grandiose, professionnel dans toutes ses composantes et doté d’infrastructures propres au club. Un club qui offrira de meilleures conditions de vie à ses athlètes comme Simplice Zinsou le faisait pour nous à l’époque. Je vois un Africa Sports au sommet du football ivoirien et africain. On a les moyens et les supporters pour accomplir de tels objectifs. Vous pouvez croire en un avenir radieux de l’Africa Sports avec nous au pouvoir.

 

L’histoire a montré que pour diriger un club comme l’Africa Sports, il est important de posséder de gros moyens. Avez-vous les moyens de votre politique et les personnes ressources nécessaires pour réaliser vos aspirations ?
Vous pouvez vous rassurer. On a les moyens et les hommes qu’il faut pour faire de l’Africa Sports le grand club qu’il a été. Mon projet, je ne l’ai pas caché, a été monté à l’étranger avec des personnes très compétentes qui sont disposées à apporter leurs expertises au club. Durant les deux premières années, je dirigerai le club avec ces personnes là. Les Membres associés (les supporters de l’Africa Sports) doivent s’attendre à voir ces étrangers débarquer au club. Ils viennent pour nous aider.

 

Avez-vous rencontré d’autres anciens joueurs de l’Africa Sports ? Si oui, sont-ils prêts à vous soutenir ?
Un tel combat se fait avec tout le monde, mais on n’oblige personne. Ma première action a été de rassembler tous les anciens joueurs pour leur partager notre vision des choses. Ils ont été nombreux à répondre à mon appel et m’apporter leur onction, leurs bénédictions. Je salue au passage toutes ces personnes. Il y a d’autres qui ont décidé de se mettre à l’écart pour le moment et d’observer. Ils ont leur raison, mais le moment opportun ils viendront accompagner leur frère que je suis afin qu’on réussisse ensemble. Si je réussis aujourd’hui, ce sont tous les anciens (joueurs) qui auront réussi. Leur responsabilité est donc engagée dans le combat que je mène. Chacun apportera, au moment opportun, sa pierre à l’édification de l’édifice. Je reste ouvert et disposé à écouter et recevoir tout le monde. Le combat que nous menons est l’affaire de tous les Membres associés et des anciens joueurs de l’Africa Sports.

 

Si vous êtes élu, quelles seront les premières grandes décisions que vous comptez prendre ?
Mon gros challenge est la remobilisation des Membres associés. L’Africa Sports doit pouvoir remplir le stade Houphouët-Boigny. Je veux que tous les Membres associés reviennent au stade soutenir leur équipe. Ensuite, il faut tout de suite penser à la construction du club. J’ai déjà demandé à la Marée vert et rouge d’aller prospecter partout pour dénicher un terrain où on bâtir un siège et un complexe pour le club. On n’attend pas d’être au pouvoir pour nous mettre au travail. On prépare déjà notre arrivée. On invite tous les Membres associés à nous rejoindre au sein de la Marée vert et rouge. Nous avons commencé à préparer l’avenir de l’Africa Sports.

 

« Je vais lancer l’Africa Sports nouveau »

 

L’Africa Sports est réputé être un club à palabres où les présidents sont souvent malmenés. N’avez-vous pas peur de mettre le nez dans un tel volcan ?
Cette réputation, l’Africa l’a méritée à une certaine période. Mais cela relève désormais du passé. Le club s’est beaucoup pacifié. Depuis quatre ans, il n’y a plus de palabres. Le président Vagba a travaillé en toute tranquillité. C’est d’ailleurs pour ne pas briser cette tranquillité que j’ai gardé mon projet secret pendant longtemps. J’ai décidé d’en parler aujourd’hui parce que le mandat de Vagba Alexis est arrivé à terme. Il n’y a plus de palabres à l’Africa. Tous ceux qui souhaitent diriger le club, c’est le moment pour eux de présenter leurs projets. Et les Membres associés celui qui porte le meilleur projet. Moi, j’appelle tous les Membres associés à se mobiliser derrière moi pour qu’on mène ensemble le défi de la reconstruction de notre club de cœur et son retour au premier plan.

 

On sait que vous avez rencontré l’ancien président Koné Cheick Oumar. Que vous a –t-il dit ? Est-il disposé à vous soutenir ?
Je n’ai pas rencontré le seul Koné Cheik Oumar. J’ai rencontré plusieurs anciens dirigeants et présidents de l’Africa pour leur dire de revenir à la maison. On doit être unis. Ce que je souhaite faire à l’Africa Sports, ne peut pas se faire dans la division. On doit être solidaire. Je veux rassembler tous les enfants de l’Africa. A ce titre, je suis la bonne personne, le président qu’il faut à l’Africa.

 

Si vous êtes élu à la tête de l’Africa, envisagez-vous de confier des responsabilités à Vagba Alexis ou pensez-vous qu’il faut définitivement tourner la page Vagba ?
Dans le projet que nous avons conçu, il y a une place de choix qu’on réserve à tous les anciens présidents de l’Africa Sports. J’estime qu’ils doivent être honorés et soutenus dans leur vie au quotidien pour services rendus au club. Les ressources de l’Africa doivent pouvoir soutenir et accompagner nos anciens dirigeants. Et c’est écrit noir sur blanc dans mon programme. Tout le monde va se retrouver dans notre projet.

 

Réalisée par Abdoul KAPO
abdoul.kapo@sportmania.ci



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!