Election FIF : Les candidats ne veulent pas d’un report de l’Assemblée générale

Hier jeudi, les dirigeants du football ivoirien ont dû grimacer en apprenant les nouvelles mesures arrêtées par le Conseil national de sécurité (CNS) pour lutter contre la propagation du Covid- 19 dans le Grand Abidjan : le gouvernement ivoirien a notamment décidé de réduire, jusqu’au 30 juin, à 50 personnes le nombre de personnes autorisées à se réunir dans un endroit clos. A première vue, cette décision du CNS vient hypothéquer la tenue de l’Assemblée générale ordinaire de la Fédération ivoirienne de football, prévue le 20 juin, et qui doit notamment procéder à l’installation du Comité électoral indépendant, chargé de préparer l’élection du nouveau président de l’organe de référence du ballon rond ivoirien.

Si les différents acteurs de ce processus électoral n’ont pas accueilli avec enthousiasme la mesure du CNS, ils refusent de céder à la panique et au fatalisme. Pour eux, l’Assemblée générale doit se tenir coûte que coûte. Vaille que vaille. « On ne peut pas reporter la tenue de l’AGO. Le temps presse. Il faut en finir avec cette élection pour passer à autre chose. Il y a trop de tension et de crispation. L’AGO peut se tenir. Il suffit de la déplacer à Yamoussoukro en suivant un protocole sanitaire strict », fait remarquer un membre du staff de campagne de Didier Drogba. Il est suivi dans sa réflexion par un dirigeant du camp de Sory Diabaté. « Si on ne peut pas se réunir à Abidjan, on peut le faire dans une ville de l’intérieur du pays comme Yamoussoukro qui a accueilli la dernière Assemblée générale de la FIF en mai 2019. La dernière Assemblée générale élective tenue en 2016 et qui a vu la réélection du président Sidy Diallo, s’y est également tenue. Il suffirait d’obtenir des laissez-passer  pour les délégués venant du Grand Abidjan. »

Dans le camp du candidat Yacine Idriss Diallo, on ne veut également pas entendre parler d’un report de l’AGO. « La solution est toute simple, il faut délocaliser l’AGO à Yamoussoukro. Si on y met la volonté, l’AGO peut s’y tenir sans problème », fait-on remarquer. Comme on peut le constater donc, les trois états-majors sont tous d’accord sur un non-report de l’Assemblée générale ordinaire. Et semble aussi s’accorder sur l’option de la délocalisation de ces assisses de la FIF dans la capitale politique ivoirienne Yamoussoukro.

Par Abdoul Kapo
abdoul.kapo@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!