CAN 2017 : 3 raisons de croire que les Eléphants vont battre le Maroc

Le choc entre la Côte d’Ivoire et le Maroc va être l’occasion de retrouvailles entre les Ivoiriens et Hervé Renard. Pour ce duel, les Ivoiriens seront favoris. Et il y a bien de raisons.

 

Parce que la Côte d’Ivoire est dos au mur

Ces Eléphants n’ont jamais été aussi dangereux que quand ils ont le dos au mur. On l’a vu il y a deux ans en Guinée Equatoriale. Après deux matches nuls, les Ivoiriens devaient s’imposer face au Cameroun pour passer en quarts. Et, ils l’ont fait en disposant des Lions Indomptables (1-0). Aujourd’hui, les tenants du titre se retrouvent dans la même configuration. Et quelque chose nous dit que l’histoire va se répéter. « C’est une petite finale qu’on va disputer contre le Maroc. Cela me rappelle le scénario de parcours à la CAN 2015. Je suis convaincu qu’on va passer », se veut rassurant Wilfried Kanon.

Parce que la Côte d’Ivoire est invaincue depuis plus d’un an

On ne le souligne peut-être pas assez, mais cela fait plus d’un an que les Eléphants n’ont plus goûté aux affres de la défaite. Surtout depuis Michel Dussyer a pris la suite de Hervé Renard sur le banc des champions d’Afrique. S’il est loin de faire l’unanimité, l’ancien sélectionneur du Syli National affiche un bilan de 13 victoires et 8 matches nuls. Alors, on ne voit pas comment le Maroc mettra fin à cette incroyable série.

Parce que la Côte d’Ivoire a les meilleurs joueurs

Si Yaya et Kolo Touré ne sont plus là, si Gervinho est absent, la Côte d’Ivoire continue d’avoir des individualités de grande classe. On pense notamment à Salomon Kalou, Serge Aurier, Wilfried Bony, Wilfried Zaha, Max Gradel ou encore Serey Dié. Sur le papier, la formation ivoirienne est plus forte que celle du Maroc. Hormis Wilfried Zaha, qui était absent en 2015, tous ces joueurs ont l’expérience de ces rendez-vous cruciaux et étaient présents lors de l’exploit contre le Cameroun à Malabo.

 

Abdoul Kapo à Oyem  




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *