Billet : “Ahmad Ahmad, ça suffit les séances de diarrhées verbales”

Depuis un moment le nouveau Président de la CAF s’est invité de façon tonitruante au devant de la scène à coup de déclarations à l’emporte-pièce contre-productives. Il me fait penser à un bidasse qui arrive par un un coup d’État et du sort à éjecter un dictateur dont la longévité irritait tout le monde. Bien entendu, ma comparaison ne prend pas en compte le mode d’accession au pouvoir de monsieur AHMAD. Le ”dictateur” (HAYATOU) s’est tellement arc-bouté à son poste qu’il a réussi le coup de force de se faire vomir par la majorité. Le bidasse qui l’a éjecté est donc à juste titre vu comme un sauveur du moins dans les premiers temps de son règne. Ainsi, lorsque lâché de tous ou quasiment tous, HAYATOU dans son entêtement à vouloir rempiler s’est vu éjecter par AHMAD, celui-ci s’est vu offert la sympathie de tous. Tous le perçurent comme le tombeur du dinosaure à qui on pouvait donner un quitus. À quoi avons-nous assisté quelques mois après cette élection somme toute prometteuse ?

 

Notre ami n’a visiblement pas pris la mesure de la tâche qui est la sienne. Alors qu’on espérait naïvement de lui qu’il ouvre des chantiers susceptibles de permettre au foot africain de faire sa mue et prendre toute la place qui est la sienne, ce sont plutôt des séances de diarrhées verbales que l’homme nous offre à chaque sortie. Nous nous souvenons comment l’homme a fait trinquer les pauvres Camerounais. Alors que ceux-ci avaient candidaté et remporté l’organisation d’une CAN à 16, ce réformateur d’un autre genre leur a, de façon cavalière, imposé une CAN à 24 en les pressant de boucler les préparatifs. Résultats des courses, la dernière mission d’inspection a déclaré que le pays de BIYA ne serait jamais prêt à temps. Non content, il poursuit son œuvre digne d’un bricoleur en décrétant que la Côte d’Ivoire et la Guinée ne seront jamais prêtes pour des CAN prévues dans deux ans et quatre ans.

 

Ce qui irrite par dessus le marché, ce sont les choix lexicaux de l’homme qui n’a que faire du langage diplomatique qui devrait être de rigueur dans ce genre de circonstances. Ainsi il n’est pas rare que parlant des dirigeants du football de certains pays, on l’entende parler de farfelus ou autres noms d’oiseaux.

 

Je pense qu’il est temps que les fédérations ramènent à l’ordre ce prétentieux dont le pays n’a pas laissé de traces indélébiles dans la riche histoire du football africain. J’ai lu que la Côte d’Ivoire a intenté une action devant le TAS aux fins de refuser qu’on lui retire la CAN 2021. Dommage que cette action ne soit pas allée à son terme ainsi on aurait vu comment il se serait dépêtré pour colmater les brèches qu’il a volontairement créés.

 

Pour finir j’espère qu’on ne l’aura dans les pattes que le temps d’un mandat car il va finir par nous faire regretter HAYATOU…

 

Une correspondance de Sidoly GBAZIE
info@sportmania.ci 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *