Abdoul Karim Cissé (ASEC) : « Mes blessures ne sont pas une malédiction »

En pleine rééducation après s’être fait opérer d’une rupture des ligaments croisés d’un genou, Abdoul Karim Cissé travaille d’arrache-pied pour retrouver le chemin des stades.  Quatre mois après les faits, le gardien international ivoirien devrait logiquement reprendre les entrainements dans deux mois. Mais il ne veut rien brusquer. « Après mon opération en France, je suis actuellement en phase de guérison. Donc, je peux dire les choses se passent bien pour moi. Je ne fixe pas une date de retour. Tout le monde sait qu’une blessure de ce genre, c’est au moins six mois. Donc, je prends le temps pour me soigner », confie-t-il.

Pourtant, Cissé meurt d’impatience de reprendre le cours normal de sa carrière. « J’ai un bon état d’esprit malgré tout, fait-il remarquer. Mais, j’ai toujours cette envie de m’entraîner avec mes coéquipiers et de rejouer. Le football, c’est toute ma vie, et être loin des terrains est un peu difficile pour moi. Dans cette épreuve difficile, j’ai toujours le soutien de mes dirigeants qui n’ont jamais cessé de m’apporter leur affection et le soutien dont j’ai besoin. Aujourd’hui, j’ai énormément de reconnaissance pour les dirigeants et supporters de l’ASEC ».

‘’ C’est Dieu qui a décidé que je ne parte pas à la CAN ‘’

On le sait tous, la blessure d’Abdoul Karim Cissé lui a fait rater la CAN 2019. Une compétition qu’il n’a jamais connue dans sa carrière. Alors des regrets ? « Si je parle de regrets,  c’est comme si j’ai fait exprès pour me blesser. Pour moi, cette blessure fait partie de mon destin. C’est Dieu qui a décidé que je ne parte pas à la CAN. Je n’ai donc aucun regret. J’ai plutôt des douleurs. Mais, je reste positif dans la tête », déclare le portier de l’ASEC Mimosas.

Chaque fois blessé à l’approche des grandes compétitions, celui qui est considéré comme l’un des meilleurs portiers ivoiriens de ces dernières années, ne pense pas qu’il est maudit. «C’est l’impression qui habite tout le monde. Mais, rien ni  personne ne peut contre la volonté  de Dieu. Personne ne peut faire du tort à son prochain si Dieu n’a pas permis. Je n’ai rien fait de mal à quelqu’un. Je regarde Dieu. J’ai tout fait pour être à cette CAN 2019 et par moment j’ai pris des coups. On est certes en Afrique. Mais, mes blessures ne sauront être une malédiction », coupe-t-il.

 PAR ABDOUL KAPO
abdoul.kapo@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!