Franck Betra (PAS Giannina) : « Mon rêve a toujours été de jouer pour la Côte d’Ivoire »

Jeune attaquant ivoirien, Franck Betra sort d’une saison pleine avec PAS Giannina (Ligue 1 grecque). Nous avons rencontré le talentueux attaquant Franco-ivoirien de 21 ans pour évoquer avec lui sa saison, sa carrière, ses ambitions et son rêve de jouer pour la Côte d’Ivoire. Micro !

 

Quel bilan pouvez-vous faire de votre première saison dans le championnat grec que vous avez découvert l’été dernier ?
Globalement, je suis satisfait de ce que j’ai pu réaliser. J’ai connu des débuts un peu compliqués dus à mon intégration. Mais par la suite, les choses sont allées de mieux en mieux. J’ai eu du temps de jeu et je pense avoir donné le meilleur de moi-même. Evidemment, je peux faire mieux. On va remettre cela pour la nouvelle saison.

Vos débuts difficiles étaient dus à quoi ?
C’était la première fois que je découvrais la Grèce. Il fallait donc que je m’adapte aux réalités locales, la langue et coutumes du pays. Ce n’est pas toujours facile de débarquer dans un nouveau pays.

Comment avez-vous été accueillir par les dirigeants et le staff technique de Giannina ?
Franchement, tout le monde a été super avec moi. On m’a accueilli les bras ouverts. Que ce soit les dirigeants, le staff technique ou mes coéquipiers, on m’a réservé un bon accueil. J’ai vite aussi accroché avec les supporters. Je n’ai vraiment rien à redire sur mon accueil.

Avant d’arrivée en Grèce, vous avez connu des moments difficiles avec notamment une grave blessure. Qu’est-ce que cela vous a fait de renouer avec la compétition ?
Cela m’a procuré beaucoup de joie et de bonheur. En Grèce, j’ai retrouvé la joie de jouer au football qui est d’abord une passion avant d’être mon métier. Quand on a connu les affres de la blessure, on ne peut qu’être heureux de pouvoir faire ce que l’on aime le plus au monde. J’avais vraiment besoin de cela, de retrouver les pelouses, les entraînements avec mes coéquipiers, l’odeur des vestiaires.

 

« L’idée de jouer pour un autre pays ne m’a jamais traversé l’esprit »

 

Pensez-vous avoir répondu aux attentes de vos encadreurs ?
Oui. Le coach m’a dit qu’il avait été satisfait de mes performances. Il m’a dit qu’il avait un projet clair avec moi : celui de me faire progresser encore et encore. Je sais qu’il attend beaucoup de moi. Moi aussi j’attends beaucoup de moi. J’ai vraiment hâte d’entamer la nouvelle saison.

Justement, pour la saison à venir, vous êtes-vous fixé des objectifs précis à atteindre ?
Je suis un joueur ambitieux qui veut aller le plus haut possible. En tant qu’attaquant, je vais bien sur me fixer des objectifs. J’aimerai marquer beaucoup de buts, être plus décisif que je ne l’ai été cette saison de sorte à aider mon équipe à atteindre ses objectifs.

Vous avez refusé de jouer pour les équipes de jeunes de France afin de rester disponible pour la Côte d’Ivoire…
(Il coupe) L’idée de jouer pour un autre pays ne m’a jamais traversé l’esprit. Je suis Ivoirien, c’est pour mon pays que je veux jouer. Depuis que je suis dans le foot, je rêve de pouvoir défendre un jour les couleurs de mon pays. Je suis encore jeune. Je me bats pour réaliser ce rêve d’enfance. C’est à moi d’être performant en club pour espérer être appelé en équipe nationale.

Votre père, Aimé Monoko (ex-Stella Club, ASI d’Abengourou) a été footballeur dans le championnat ivoirien. Quelle place tient-il dans votre carrière ?
Mon père, il est tout pour moi. Il est constamment présent. Il me protège et me donne beaucoup de conseils. Il est mon agent officieux (Rires). C’est une chance de l’avoir à mes côtés. C’est quelqu’un qui connait le football. J’écoute donc avec attention tous les conseils qu’il me prodigue. C’est vraiment un privilège de l’avoir.

De vous deux, qui est le plus doué ?
Lui-même sait que je suis plus fort que lui. Lui, il a joué à une époque qui est différente de la mienne (présent à nos côtés, le père de Franck Betra sourit). Mais mon talent vient de lui. Il m’a transmis son amour pour le football.

Il doit être fier de ce que vous réalisez !
Ah oui ! Je sais qu’il ressent beaucoup de fierté de me voir à ce niveau. Mais l’histoire ne fait que commencer. Sa plus grande fierté va arriver bientôt !

Pour terminer, est-ce que pouvez-vous revenir sur votre parcours afin que les Ivoiriens fassent de plus amples connaissances avec vous ?
J’ai effectué toute ma carrière en Europe. J’ai débuté le foot en France au Paris FC ensuite je suis parti très jeune en Angleterre à Sheffield Wednesday où j’ai passé quatre saisons. Je suis à Pas Giannina depuis l’été dernier. Voilà, c’est tout !

 

Abdoul KAPO
abdoul.kapo@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *