Foot : La FIF chasse les auditeurs de la FIFA

Arrivé à Abidjan dans la soirée de dimanche, en provenance de Zurich, l’auditeur en chef de la FIFA s’est rendu ce matin au siège de la Fédération ivoirienne de football en compagnie de deux collaborateurs. Mais les envoyés de l’instance mondiale du ballon rond ont été chassés par Sory Diabaté (vice-président de la FIF) et Sam Etiassé (directeur exécutif de la FIF).

La crise qui secoue le football ivoirien depuis le 29 décembre 2017, se déroulait jusque-là entre la FIF dirigée par Sidy Diallo et le GX composé de 42 clubs et groupements d’intérêts. Malheureusement, depuis la matinée de ce lundi 14 mai 2018, cette mauvaise passe a dépassé les frontières ivoiriennes. Et pour cause. La faîtière du football ivoirien a décidé d’affronter directement l’instance dirigeante du football mondial (FIFA) qu’elle soupçonne de fomenter un complot contre elle.

Le 27 avril dernier, la FIFA a, en effet, adressé un courrier à la FIF afin de venir procéder à un « audit judiciaire » sur ses comptes suite aux plaintes déposées à son siège par le GX. « Nous sommes ouverts à tout audit. Mais, il faut que la FIFA nous explique d’abord le terme  » judiciaire » avant que nous n’acceptions ses émissaires. Et nous lui avons adressé un courrier dans ce sens », avait prévenu Me Raux Athanase (Président de la Commission Juridique de la FIF) lors d’une conférence de presse vendredi dernier. Cette décision a été effectivement appliquée dans la matinée de ce lundi 14 mai.

Beat Lever, l’auditeur en chef du Cabinet PWC (mandaté par la FIFA) qui est arrivé hier soir de Zürich, s’est rendu ce matin au siège de la FIF à Treichville. En compagnie de deux collaborateurs qui travaillent pour ce même cabinet à Abidjan. Ils ont été accueillis par le 1er Vice-président Sory Diabaté et Sam Etiassé, le Directeur Exécutif de la FIF. En moins de 10 minutes, les deux dirigeants fédéraux ont « craché » sur leurs interlocuteurs. « Tant que vous ne répondrez pas d’abord au courrier-réponse que nous vous avons envoyé, nous ne vous recevrons pas ». Voilà en substance la réponse sèche adressée aux envoyés spéciaux du président Gianni Infantino. Face à ce préalable de la FIF, ces derniers ont pris acte. Ils s’apprêtent donc à aller rendre compte à leur patron à Zürich.

 

Une correspondance particulière de Jean-Claude Djakus




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *