Basket : Le baromètre des Frenchies en NBA

La semaine dernière, seul Rudy Gobert s’est réellement mis en évidence parmi les Français encore en bonne santé en NBA. Le pivot du Utah Jazz enchaîne les bonnes prestations, ce qui pourrait permettre à sa franchise de se qualifier pour les play-offs.

Rudy Gobert (Utah Jazz)

 Ses stats : 4 matches, 35,5 min, 14,0 pts à 67,7%, 11,5 rbds, 2,8 ctrs

En pleine bourre depuis son retour de blessure mi-février, Rudy Gobert continue de surfer sur sa bonne forme de fin de saison et participe activement aux bons résultats de sa franchise, qui espère se qualifier pour les play-offs. La semaine dernière, il a ajouté deux double-double, portant son total personnel à 27 sur la saison. Dimanche, sur le parquet des Golden State Warriors, très diminués, il a compilé 17 points et 15 rebonds en seulement 31 minutes. Sa présence défensive fait un bien fou aux siens. Seul bémol : les deux défaites concédées, la première, inexcusable, contre Atlanta, la seconde, rageante, à San Antonio (124-120, a.p.).

Tony Parker (San Antonio Spurs)
Ses stats : 4 matches, 15,3 min, 1,3 pt à 18,2%, 2,0 rbds, 1,8 pd

Tony Parker est en nette baisse de régime depuis une dizaine de jours. En quatre matches, il a pris seulement 11 tirs pour seulement 2 marqués. Dimanche, à Milwaukee, il a cumulé les maladresses (1/5 au tir, 2 balles perdues). Ses statistiques personnelles comptent peu dans une équipe qui s’est relancée (6 victoires en 7 matches). L’essentiel sera d’être utile pendant les play-offs, à condition de se qualifier, ce qui n’est pas garanti.

Frank Ntilikina (New York Knicks)
Ses stats : 4 matches, 25,5 min, 6,5 pts à 32,3%, 2,5 rbds, 2,8 pds

Plébiscité pour ses qualités défensives, Frank Ntilikina n’arrive pas à se libérer offensivement. Le coaching de Jeff Hornacek en est en partie responsable puisque le jeune Français n’est pas toujours utilisé en meneur de jeu – son poste de prédilection – lorsqu’il est sur le parquet. Isolé dans les corners, il touche alors peu le ballon. Dimanche il a en revanche manqué d’impact (1/6 au tir).

 Guerschon Yabusele (Boston Celtics)
Ses stats : 2 matches, 13,0 min, 3,0 pts à 40%, 1,5 rbd, 1,0 pd

La blessure du pivot Daniel Theis a ouvert un spot dans la rotation intérieure des Boston Celtics. Une aubaine pour Guerschon Yabusele qui en a profité pour grappiller quelques minutes. Intéressant à Portland (5 pts, 3 rbds) vendredi, il a en revanche été plus discret dimanche (9 minutes de jeu). Il devra se contenter de ce qu’on lui donne.

Ian Mahinmi (Washington Wizars)
Ses stats : 3 matches, 14,7 min, 8,7 pts à 57,9%, 4,0 rbds, 1,3 pd

Malgré un temps de jeu restreint, sans explication particulière, Ian Mahinmi parvient à rester efficace et à prouver qu’il a effectivement retrouvé d’excellentes sensations. Le plan de jeu de son entraîneur Scott Brooks l’oblige à rester sur le banc de longues minutes, à l’image du match perdu dimanche contre New York (97-101).

Joffrey Lauvergne (San Antonio Spurs)
Ses stats : 2 matches, 2,5 min

Joffrey Lauvergne ne fait pour l’heure pas partie des plans de jeu de Gregg Popovich. L’intérieur n’est entré en jeu que deux fois sur quatre matches la semaine dernière, restant sur le banc lors des deux dernières rencontres des Spurs. Très frustant.

Ils sont blessés
L’infirmerie est bien remplie dans le camp tricolore : Nicolas Batum soigne toujours une inflammation du tendon d’Achille gauche tandis qu’Evan Fourniercontinue de soigner son genou gauche. Timothé Luwawu-Cabarrot, qui jouait très peu ces derniers temps avec les Philadelphia Sixers, est également touché à un genou et a été laissé au repos par son équipe. Alexis Ajinça ne rejouera pas avant la saison prochaine.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *