Souleymane Sako (Pdt FIE) : « Nous travaillons pour développer l’escrime ivoirien »

Rencontré  il ya quelques jours à la faveur de la préparation des Eléphants escrimeurs, Souleymane Sako, le président de la Fédération ivoirienne d’escrime, parle des challenges et des gros chantiers de cette saison. Le patron de l’escrime ivoirien évoque également ses ambitions pour Tokyo 2020.

Comment s’annonce cette nouvelle saison ?

Elle s’annonce sous de bons auspices. Nous sommes en route pour Lagos pour les championnats cadets et juniors. Dès notre retour, nous attaquerons le championnat et la mise en œuvre du projet  élaboré pour 2018-2020.

Quels sont les grands chantiers cette saison ?

Les grands chantiers demeurent la parfaite organisation du championnat, la participation aux Championnats d’Afrique cadets, juniors et séniors, et aux grandes compétitions internationales en donnant la chance à nos expatriés à savoir Gwladys Sakoa et Jérémie Keuriel de se frotter aux meilleurs. Cela va les permettre de les aguerrir.

Quels sont les grands challenges de la Fédération cette saison ?

Notre plus grand challenge est de sortir du cadre qui veuille que ce soit par des exploits que l’on récolte des titres. Nous voulons gagner des lauriers par le travail, l’assiduité et la rigueur. Nous avons  défini un programme qui se décline en projet de développement. Et nous nous ingénions à la mise sur pied de ce projet. Il se déploiera sur les trois prochaines années. Ce projet constituera l’épine dorsale de nos activités.

 

« Nous visons la qualification de plusieurs athlètes pour Tokyo 2020 »

 

2018 marque le début des éliminatoires et la collecte des points pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Comment les escrimeurs ivoiriens se préparent-ils avant d’entamer cette année décisive ?

Nos athlètes se préparent bien. Nous nous employons à faire le maximum en vue de leur offrir les meilleures conditions de préparation. Nous bénéficions des infrastructures grâce à l’ONS. Ce, pour une longue durée afin de permettre à nos athlètes locaux de mieux se préparer pour les prochaines joutes.

Quelles sont vos ambitions pour les prochains Jeux Olympiques ?

Nous entendons qualifier le maximum d’athlètes. Car, c’est bien un des grands mobiles à l’origine de l’avènement du  projet développement que nous sommes en train de mettre  en œuvre. Il vise la qualification de plusieurs athlètes pour Tokyo 2020. Contrairement à Rio où nous étions avec un  athlète. Nous n’avons pas de nombre prédéfini mais nous rêvons d’au moins un athlète dans chaque catégorie. C’est à dire au fleuret, au sabre et en épée. Ce serait fabuleux de réaliser ce rêve. Que ce soit en hommes ou en dames.

Disposez-vous de moyens conséquents pour réaliser ce défi ?

La quête de moyens part d’abord d’une idée. Dans la mesure où ce sont les idées qui permettent de créer des instruments pour y arriver. Nous, nous avons des idées. Nous mettons en place nos instruments car nous avons des objectifs  à atteindre. Donc nous aurons les moyens de nos challenges.

 

Réalisée par Lebéni KOFFI




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *