Basket : Pape Philippe Amagou vit mal sa blessure

En pleine convalescence quelques mois après son opération d’une hernie discale, Pape Philippe Amagou évoque son état de santé, son retour et son moral dans une interview qu’il a accordée à Ouest France.

 

Voilà plus de deux mois que Pape Philippe Amagou a subi avec succès son opération d’une hernie discale après sa blessure  au dos en octobre dernier. Et pour le moins que l’on puisse avancer, le retour se fait lentement même si l’on note des avancées notables ces dernières semaines. « J’ai kiné tous les jours. Je n’ai toujours pas recommencé à retrottiner. Il y a une amélioration ces dernières semaines, ces derniers jours. Je fais du travail en piscine, de la marche. D’ici la semaine prochaine (ndlr cette semaine), j’espère reprendre un peu le vélo. », confie- t-il.

Puis d’ajouter quant à la persistance des douleurs. « Hélas, si. L’opération s’est vraiment très bien passée, mais je ressens toujours des douleurs dans le bas du dos et dans le nerf sciatique. La plus longue à disparaître. Il me faudra être vigilant quand on va reprendre le travail physique. Malgré le travail, il faudra faire en sorte que la douleur s’apaise de manière régulière ».

‘’Un petit coup au moral’’

De nature jovial avec un moral à toute épreuve, le capitaine de Le Mans Sarthe Basket reconnait vivre difficilement cette situation. « C’est compliqué par moments. On essaie de positiver. Je suis quelqu’un de positif et jovial. J’ai pris un petit coup au moral car c’est un peu long et je n’ai pas l’habitude. Il faut faire avec, serrer les dents et se dire qu’on va revenir », lâche l’international ivoirien.

« Il est difficile d’avancer une date de reprise »

Annoncé pour son grand retour en mars ou en avril, l’Eléphant demeure lui-même dans l’expectative. « Au début, on partait sur deux mois et demi, trois mois. Je suis arrêté jusqu’au 19 février. J’ai rendez-vous avec mon chirurgien pour la visite des douze semaines post-opératoires. Pour une hernie discale, c’est du cas par cas. Le nerf, ce n’est pas comme un muscle ou un os. Il est difficile d’avancer une date de reprise. Il faut s’écouter, ne pas brûler les étapes, bien prendre son temps et revenir quand on est vraiment prêt », indique t-il.

 

Lebéni KOFFI
info@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *