Cyclisme : L’ASFA Moossou se meurt dans l’indifférence totale !

Club mythique du cyclisme ivoirien, l’Association Fadoul n’existe plus que de nom aujourd’hui. Orphelin de son sponsor depuis six ans, le club de Moossou, confronté à d’énormes difficultés, est sur la voie de la disparition.

Pourvoyeur de grands champions pour la Côte d’Ivoire et acteur du rayonnement du cyclisme ivoirien, l’ASFA Moossou  a écrit les plus belles pages de cette discipline pendant des décennies. Qui ne garde pas encore en mémoire  les exploits de Ouedraogo Abdoul Wahab, Lokossoué Kouamé Eugène, Koné Karamoko ou encore de Soro Dognimé ? De purs produits de cette écurie mythique pour  qui la petite reine n’avait pas de secret. Indétrônable en Côte d’Ivoire, l’ASFA était l’un des meilleurs clubs de la sous région et de l’Afrique.

Le roi de Moossou refuse de recevoir le président du club

Porté par un sponsor acquis à leur cause et à leurs petits soins, les hommes de Moossou  étaient choyés et à l’abri du besoin. « Notre sponsor d’alors nous accordait 10 millions FCFA .Une somme colossale qui nous permettait de produire ces résultats et briller dans toutes les compétitions par le passé », confie avec nostalgie Koné Karamoko, président de l’ASFA Mossou. Mais depuis six ans, les activités du sponsor ont drastiquement chuté. Une situation qui l’oblige à mettre la clé sous le paillasson et  laisser les cyclistes à leur  propre sort« Le sponsor a plié bagages. Et depuis plus rien pour nous. Nous sommes abandonnés à notre triste sort. », poursuit  le patron de l’ASFA.

Les athlètes s’enfuient par dizaine  

Le robinet de la largesse est désormais fermé. Le temps de la vache maigre est bien  là. « Aujourd’hui, la situation est difficile. Nous nous battons comme nous pouvons pour prendre part aux différentes compétitions. Certains amis nous viennent en aide quelque fois. », indique Koné Karamoko.Une galère qui a engendré le départ de plusieurs athlètes vers d’autres clubs. « De 18 cyclistes la saison dernière, l’ASFA Moossou ne compte plus que trois cyclistes aujourd’hui. C’est  triste ! », se désole-t-il. Tout proche de la mort Koné Karamoko s’accroche farouchement pour éviter la disparition de ce monument du cyclisme ivoirien.

Grand-Bassam appelé au secours  !

Devant  la face déconfite de l’écurie qui a été pendant longtemps la fierté de la cité royale de Moossou, Koné Karamoko a entrepris des démarches pour rencontrer le roi. Un sprint qui s’est heurté au refus de la notabilité. Mais optimiste à souhait, le premier responsable de l’ASFA Moossou fait des mains et pieds pour solliciter  l’aide de Georges Philipe Ezaley, le maire de Grand-Bassam. Même si cette entreprise devrait coûter un changement de dénomination de son club. « Si Moossou ne répond pas, nous serons contraints de partir à Grand-Bassam et bénéficier des subventions de la mairie pour ne pas que le club meurt. », prévient-il avant de conclure : « Nous appelons également le Conseil régional du Sud Comoé et toutes les bonnes volontés passionnées de la petite reine à nous venir en aide. Car  l’ASFA ne saurait continuer cette descente aux enfers ».

 

Lebéni KOFFI
info@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *