Foot : Karim Benzema, le joueur le plus doré de sa génération ?

De ce groupe de pépites qui a remporté le Championnat d’Europe des moins de 17 ans en 2004, Karim Benzema est le dernier parmi Menez, Ben Arfa et Nasri à franchir le cap des 30 ans. Est-ce lui qui a le mieux réussi ? FF vous propose un comparatif de ces carrières déjà bien écoulées.

Le seul à s’être imposé durablement en club

Même si ses compères trentenaires comptent de belles lignes sur leurs CV de footballeurs (ArsenalManchester City pour Nasri et l’AS Rome et le Milan ACpour Menez), ils n’ont pas marqué de leur empreinte un grand club comme l’a fait et continue de le faire Karim Benzema. Chacun a brillé là où il a été formé en Ligue 1 avant de céder aux sirènes des écuries européennes. Mais tous n’ont pas connu le même parcours. Même si Nasri s’est imposé en Angleterre, en figurant notamment dans l’équipe type de Premier League en 2010-2011, il n’est pas parvenu à rester au top plusieurs saisons d’affilée. Des performances que Benzema répète chaque saison depuis 2009 au Real Madrid, souvent considéré comme le meilleur club du monde. Les chiffres parlent d’eux-mêmes pour l’ancien Lyonnais, devenu aussi populaire que son entraîneur Zinédine Zidane dans la capitale espagnole. Il y entame sa neuvième saison. Les huit premières se sont toujours terminées à plus de dix buts marqués dont quatre avec la barre des trente buts atteinte. Même si ses compatriotes ne sont pas attaquants de pointe comme lui, le Français fait partie des meilleurs à son poste et est devenu le meilleur buteur tricolore en Ligue des champions (53 buts) devant Thierry Henry. Et il pénètre un peu plus dans la légende des Merengue en faisant partie du top 10 des meilleurs buteurs de l’histoire du club. De cette génération 87, il est seul à s’être démarqué sur la scène internationale, avec pas moins de sept nominations au Ballon d’or, ce qui le place juste derrière Platini, Zidane ou encore Henry.

Des trophées en pagaille

Forcément, faire la comparaison entre plusieurs joueurs, au-delà de la performance individuelle, oblige à jeter un coup d’oeil sur l’armoire à trophées des uns et des autres. Présent lui aussi lors des heures de gloire de l’OL, Hatem Ben Arfa a obtenu quatre titres de champion de France. Et même un cinquième avec Marseille, avant de doubler son palmarès grâce aux coupes nationales remportées après son année passée au PSG. Dans l’Hexagone, même s’il n’a pas fait aussi bien que son ancien coéquipier, seule la Coupe de la Ligue a échappé à Benzema. Il se vengera dès son arrivée à la Maison Blanche en raflant toutes les compétitions espagnoles, avec notamment deux Liga. Nasri a fait aussi bien à l’étranger avec deux titres de champion d’Angleterre (2012, 2014) glanés durant son passage chez les Citizens. Evidemment, le tournoi qui met tout le monde d’accord, c’est la Coupe aux grandes oreilles. Les quatre trentenaires y comptent plusieurs dizaines d’apparitions et ils ont tous déjà marqué en C1. Mais une fois de plus Benzema écrase la concurrence, car c’est le seul à avoir connu le bonheur de la soulever. Au total, trois succès : 2014, 2016 et 2017, qui lui permettent d’intégrer le cercle très fermé des joueurs français l’ayant gagnée, qui regroupe deux autres joueurs : Raphaël Varane et Raymond Kopa. La C1 est devenue le terrain de jeu favori du Madrilène, qui devrait dès 2018 rapidement franchir les 100 rencontres disputées (il en est actuellement à 98) et ensuite dépasser le total cumulé de ses trois camarades (107).

Un parcours chaotique en Bleus

C’est peut-être en sélection que les débats s’équilibrent davantage. Mais malgré sa traversée du désert en 2012/2013 (1222 minutes sans marquer) et sa mise à l’écart des Bleus depuis octobre 2015, Benzema aura plus marqué les esprits en équipe de France. Chacun a été régulièrement appelé, mais tous en sont sortis à cause d’un comportement non approprié ou en raison de mauvaises performances sportives. Comme Samir Nasri, l’attaquant du Real Madrid était présent avec les Bleus aux Euro 2008 et 2012, soldés par deux campagnes décevantes. L’édition de 2012 est d’ailleurs la seule que les quatre mousquetaires, vainqueurs du Championnat d’Europe des moins de 17 ans en 2004, ont disputé ensemble chez les A. A l’époque, Benzema était remplaçant, devancé par Menez et Ben Arfa. Une situation qui a bien changé. Benzema s’est rattrapé en étant le seul à participer à la Coupe du monde en 2014. Et en inscrivant au total 27 buts (9eme meilleur buteur chez les Bleus) pour 81 sélections : ce qui, a une près, fait plus que Menez (24), Ben Arfa (15) et Nasri (41) cumulés.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *