Yves Roland Sakpa (Eif Ekenas) : « Ça sera une fierté de porter le maillot de mon pays »

Arrivé il y a tout juste un an en Finlande, Yves Roland Sakpa n’a pas mis du temps pour s’imposer comme l’une des valeurs sûres du championnat. Le jeune ailier ivoirien nous raconte sa belle aventure avec Eif Ekenas et revient sur son parcours.

 

Sakpa Yves Roland, vous êtes un joueur très peu connu en Côte d’Ivoire, est-ce que vous pouvez-vous présenter aux Ivoiriens ?

Je suis Sakpa Yves Roland Désiré. Je suis un jeune footballeur ivoirien de 21 ans. J’évolue comme ailier droit au sein du club finlandais d’Eif Ekenas depuis janvier 2017.

Est-ce que pouvez-vous revenir sur votre parcours ?

Tout a véritablement commencé pour moi au Cooper Ecole football au début des années 2000. C’est un centre de formation situé dans la commune de Yopougon à Abidjan. C’est là-bas que j’ai été repéré par le Sporting Sfaxien de Tunisie en 2013. Après deux ans en Tunisie, j’ai ensuite atterri à Oyah Sport du Nigeria. Après une saison à Oyah Sport, l’opportunité de la Finlande s’est présentée.

Justement, dans quelles conditions êtes-vous arrivé à Eif Ekenas ?

C’est grâce à un agent de joueur. Il avait entendu parler de moi en Tunisie et avait vu quelques uns de mes matches. Lorsque je suis arrivé en fin de contrat avec Sfax, il m’a proposé de m’amener au Nigeria pour une saison, le temps que j’obtienne un visa pour la Finlande. Tout s’est passé comme il l’avait dit. Voilà comment je suis arrivé en Finlande.

Comment s’est passé votre découverte de ce pays ?

Franchement, j’ai été très bien accueilli. Que ce soit les dirigeants, le staff technique, mes coéquipiers où les supporters, tout le monde a été gentil avec moi. Tout le monde m’a aidé. Du coup, mon intégration s’est passée comme sur des roulettes. Je les en remercie du fond du cœur. Par contre, le froid n’a pas été tendre avec  moi. (Rires). Physiquement, c’était dur pour moi. La Finlande est un pays où il fait beaucoup froid. J’ai même eu des bobos physiques à cause du froid.

Et sur le terrain, comment les choses se passent pour vous ?

Les choses se passent plutôt bien. Au début, j’ai eu des blessures à cause du froid comme je l’ai dis tantôt. Mais tout est ensuite rentré dans l’ordre quand l’hiver a fait place à l’été. J’ai alors enchaîné les matches et les bonnes performances. Mes dirigeants étaient tellement satisfaits qu’ils m’ont tout de suite prolongé.

« Mon rêve à toujours été de jouer pour mon pays »

Que pensez-vous du niveau du championnat finlandais, vous qui avez connu la Tunisie et le Nigeria ?

C’est un très bon championnat. Je pense que le niveau est au-dessus de celui de la Tunisie. Le football finlandais se distingue par la dureté des duels. Il faut être vraiment prêt physiquement, sinon tu te fais bouger. C’est aussi un championnat dans lequel on donne la chance aux jeunes. Ça peut-être un bon tremplin avant de débarquer dans un plus grand championnat européen.

Ce sont actuellement les vacances en Finlande. Quel bilan faites-vous de la saison de votre club ?

On a eu un bilan positif puisqu’on est parvenu à nous maintenir dans l’élite. L’objectif en début de saison était le maintien. On l’a réussi à cinq journées du terme du championnat. Du coup, on a déroulé tranquille au cours des cinq derniers matches. On a vraiment pris beaucoup de plaisir sur la fin.

Quels sont vos objectifs dans le foot ?

Mon ambition est de jouer dans un grand club d’un grand championnat comme l’Angleterre, l’Espagne ou l’Allemagne. J’aime bien aussi la Ligue 1 française.

Avez-vous des clubs de cœur ?

J’en ai deux : l’Olympique de Marseille et le Real Madrid. Mais cela ne veut pas dire que je ne peux pas jouer pour un autre club. On a tous aimé un club depuis l’enfance. Ce sont les deux clubs que j’aimais quand j’étais enfant.

Allez-vous continuer l’aventure avec Eif Ekenas ?

En ce qui concerne mon avenir, on verra bien. J’ai été contacté par des clubs avec lesquels on discute actuellement. On verra où cela nous emmènera. Dans le même temps, j’ai aussi été prolongé par mes dirigeants.

Depuis la Finlande, vous arrive-t-il de penser à la sélection ivoirienne ?

Bien sûr ! Quel joueur ne rêve pas de jouer pour son pays. J’en rêve depuis que j’ai commencé le football. Si je pouvais commencer par les Espoirs, je serai très heureux. Ça sera une énorme fierté pour moi et ma famille de porter les couleurs de mon pays.

Y a-t-il d’autres Ivoiriens en Finlande ? Si oui, quelles sont vos relations ?

Il y a plusieurs joueurs ivoiriens en Finlande. Il y a même un club où ils sont au nombre de six. On a de très bonnes relations. Nous nous considérons comme des frères. On se donne des conseils. On essaie de se soutenir mutuellement. On forme une véritable famille. Nous sommes les enfants d’une même nation. Je suis aussi ami à un Burkinabè du nom de Boubacar Kinda.

 

Réalisée par Abdoul Kapo
abdoul.kapo@sportmania.ci




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *