Mondial 2022 : Le Qatar a-t-il versé 22 millions pour acheter des votes ?

Une enquête du FBI et de la justice brésilienne révélée par Mediapart, met en évidence des circuits financiers dans le cadre du scandale de corruption sur l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Selon Mediapart, la banque monégasque Pasche Monaco, filiale du Crédit mutuel, aurait été la plaque tournante bancaire permettant de transférer des fonds depuis le Qatar vers plusieurs dirigeants du foot mondial de l’époque.

Le site explique que le FBI et la justice brésilienne soupçonnent la banque Pasche Monaco d’avoir permis d’arroser plusieurs personnalités pour acheter leur vote pour l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Les enquêteurs ont ainsi identifié un versement de 22 millions de dollars réalisé en janvier 2011 par un conglomérat qatari spécialisé dans le BTP sur le compte de Ricardo Texeira, l’ancien président de la Fédération brésilienne. Celui-ci, déjà impliqué dans plusieurs affaires de corruption au Brésil, fait l’objet désormais d’un mandat d’arrêt international pour corruption émis par le Département de la justice américain.

Tout ou partie de ces 22 millions aurait servi, début 2013, à réaliser des virements à destination de personnes physiques surnommées « Warner Bros », « Mohammed » et « Leoz ». Les enquêteurs ont rapidement fait le rapprochement avec Jack Warner, l’ancien président de la Concacaf, Mohammed bin Hamman, l’ancien président de la Confédération asiatique et Nicolas Leoz, l’ancien président de la Conmebol, la confédération sud-américaine.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *