Hervé Penot (Journaliste à l’Equipe) : « Le retour de Gervinho, Kalou et Gradel changent tout»

Grand-reporter au quotidien sportif français l’Equipe, Hervé Penot est un vrai connaisseur du football africain et ivoirien. Dans cet entretien,  le journaliste français juge les débuts de Marc Wilmots à la tête des Eléphants et évoque le retour des anciens Salomon Kalou, Gervinho , Max Gradel et Serey Dié.

A son arrivée, Marc Wilmots a décidé de composer une nouvelle équipe en laissant de côté les plus anciens du groupe en s’appuyant sur les binationaux. Mais après deux défaites, il a fait machine arrière en convoquant plusieurs cadres comme Gervinho, Salomon Kalou, Serey Dié ou Max Gradel pour affronter le Gabon. C’est une façon pour le sélectionneur de reconnaître qu’il s’était fourvoyé ?

Marc Wilmots est arrivé avec des idées. Il ne connaissait pas le football africain et ivoirien. Il fallait qu’il aille vite. Certains joueurs aussi avaient décidé de ne plus venir en sélection. Il lui a fallu du temps pour découvrir les joueurs ivoiriens, les qualités des uns et des autres et les spécificités de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire. Au bout d’un moment, il a fait une analyse et s’est rendu compte que certains joueurs devaient absolument revenir, que ceux-là pouvaient avoir un rôle important à jouer au sein de l’équipe. Il a pensé qu’il devait faire un attelage entre des joueurs plus aguerris, qui connaissent bien les compétitions africaines, et les jeunes qui arrivent. Il lui a fallu du temps pour comprendre cela.

Vous lui accordez donc des circonstances atténuantes ?

Absolument. C’est la raison pour laquelle j’ai trouvé que certaines critiques avaient été très dures après ses deux défaites. Quand vous débuté avec une nouvelle sélection, ce n’est jamais facile. On ne peut pas juger une équipe au bout d’une ou deux semaines. Même Hervé Renard, ses débuts ont été très compliqués avec la Côte d’Ivoire parce que lui aussi avait pris des décisions tranchées en écartant à l’époque plusieurs anciens de l’équipe. Mais il a dû revenir sur ses décisions et choix parce que les résultats n’étaient pas bons. Au final, il avait remporté la CAN. Je trouve donc normal que Marc Wilmots vienne avec des idées à lui en intégrant beaucoup de binationaux. Maintenant, c’est à lui de trouver le bon dosage entre anciens et nouveaux. Ça va vite. Il a eu l’équipe très peu de temps. Il a beaucoup plus parlé que travailler avec l’équipe, par manque de temps.

 

« Petit à petit, Wilmots va structurer son groupe et mettre une équipe forte en place » 

 

Les deux défaites d’entrée de Wilmots contre les Pays-Bas (5-0, en amical) et la Guinée (2-3, en éliminatoires de la CAN 2019) ne sont-elles pas les éléments qui ont obligé le sélectionneur à revoir ses plans et ses idées ?  

Obligatoirement ! En plus, il doit aller rapidement. Il n’a pas le temps de voir son équipe pendant des matches amicaux. Inévitablement, ces deux défaites lui ont ouvert les yeux sur certaines réalités. On le voit par exemple avec Nicolas Pépé qui était arrivé comme un titulaire et qui n’a même pas été appelé pour les deux matches contre le Gabon. Là, le retour de Salomon Kalou, qui est quelqu’un de très, très important sur le plan du jeu et humainement va faire beaucoup de bien. Il est intelligent et à une vraie personnalité. C’est quelqu’un de positif qui est capable de faire le lien entre les uns et les autres. Oui, les deux défaites ont fait réfléchir Wilmots sur certains choix. Petit à petit, il va structurer son groupe et mettre une équipe forte en place.

Le retour de Gervinho, Salomon Kalou, Serey Dié et Max Gradel sont donc tout bénef pour Marc Wilmots ?

Ah oui ! Gervinho a toujours été le joueur décisif dans cette équipe même quand Drogba et Yaya Touré étaient encore présents. Salomon Kalou on sait le genre de joueur qu’il est. Il se posait des questions sur son avenir en sélection. Mais Wilmots a su le convaincre de revenir. Gradel, on sait aussi quel type de joueur il est. Toutes ces arrivées changent radicalement le visage de l’équipe. Maintenant, c’est aux jeunes de pousser derrière pour les mettre en difficulté et compliquer un peu plus les choix du sélectionneur. Ce qui est bien, c’est qu’il y aura plus de concurrence. Mais on ne pouvait pas se passer de ces cadres.

Les dernières prestations de l’équipe ont quelque peu semé le doute dans l’esprit des observateurs et des supporters ivoiriens. La voyez-vous se qualifier pour la Coupe du monde ?

Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire est le grand favori de sa poule. Le Maroc n’a plus été à la Coupe du monde depuis une éternité. Le Mali et le Maroc n’y ont jamais été. Le Mali n’a, jusqu’à présent, pas montré qu’il avait les capacités pour se qualifier pour un événement de cette envergure. Je ne dis pas que ça sera facile pour la Côte d’Ivoire,  parce que les Ivoiriens sont attendus partout, mais je dis qu’est la grande favorite de son groupe. On verra plus clair après ces deux matches.

 

Réalisée par Abdoul Kapo
(abdoul.kapo@sportmania.ci)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *