Football-France : Sanogo, pourquoi il a choisi Toulouse

En fin de contrat avec Arsenal où il aura connu un passage infructueux, Yaya Sanogo a fait le choix de la relance en signant à Toulouse.

Sous les couleurs de Toulouse FC depuis vendredi, Yaya Sanogo a été présenté à la presse ce lundi. Une aubaine pour celui qui est courtisé par la sélection ivoirienne de mettre en lumière les réels mobiles de son arrivée chez les Pitchounes.

C’est une rencontre avec Pascal Dupraz, le coach  des Toulousains, qui aurait tout déclenché. « J’ai fait ce choix premièrement, parce que j’ai vu le coach au début du mois de juin. Il m’a appelé et m’a dit qu’il était intéressé par moi. Je suis venu et on s’est rencontré. Il m’a fait part du projet. Tout de suite après la rencontre, mon choix était fait, je voulais venir ici », explique le néo-Toulousain. Et d’ajouter ses challenges futurs après des saisons compliquées sous les ordres d’Arsène Wenger. « Mon ambition, purement personnelle, c’est de retrouver mes aptitudes physiques. Collectivement, c’est de faire une bonne saison. De bien la démarrer ».

Car l’ancien Auxerrois veut définitivement tourner la page des pépins physiques. « J’ai fait des soins particuliers pendant un bon moment. Ça fait depuis janvier que j’ai repris. Depuis, je n’ai pas eu de problème avec mon mollet. Physiquement, il faudra bien bosser avec Baptiste, le préparateur physique. Il va bien s’occuper de moi et j’espère être prêt le plus rapidement possible », indique t-il.

Une relance de l’ancien bleuet qui devrait se faire au fil des rencontres. En effet, après les nombreuses blessures connues, Yaya Sanogo tient à réussir sa  réhatlétisation en vue de mieux s’exprimer en Ligue 1 sous la tunique toulousaine. « Il me faut un temps de réathlétisation. Il ne faut pas aller trop vite comme l’équipe a repris il y a trois semaines. Si je suis prêt à la première journée, tant mieux. Si c’est deuxième ou la troisième, il faut prendre le temps pour être le mieux possible quand je jouerai », soutient le Franco-ivoirien.

 

Lebeni Koffi




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *