Rugby-Championnat National : Comment en finir avec le règne sans fin de TBO !

Avec 7 titres dans son escarcelle à l’entame de cette saison 2017, Treichville Biafra Olympique (TBO) a maintenu son hégémonie sur le rugby ivoirien en décrochant un nouveau titre de champion au grand dam de son grand rival Yopougon Rugby Club. Une  donne qui pourrait bien changer  dans quelques années si les Yopougonlais et les autres clubs faisaient de la formation leur priorité.

Comment détrôner Treichville Biafra Olympique (TBO) ? Une interrogation qui taraude l’esprit de bien de responsables, d’encadreurs et joueurs des clubs ivoiriens depuis des années. En effet,TBO est une véritable machine à trophées dont la règne incontestable sur l’ovalie ivoirienne s’enracine au fil des saisons. Auteurs de leur huitième sacre national, les Jaune et Vert cumulent quatre titres consécutifs ! Historique et effarant !

D’où TBO tire t-il sa toute puissance ?

En dépit des moyens conséquents injectés  par les  ‘’BIG Boss’’ et les excellentes conditions de travail dont bénéficient les acteurs, le plus important est ailleurs. La formation ! Fondement et trait caractériel des grands clubs au monde, TBO en a fait sienne. La surprise n’a donc pas  droit de cité  lorsque les Biafrais collectionnent les trophées chaque saison. Le succès est conçu et enseigné depuis les  premiers pas dans l’apprentissage du rugby. Cette saison fut encore exceptionnelle pour les Treichvillois. Vainqueurs du championnat U18, les jeunes biafrais ont raflé toutes les compétitions de jeunes. Du tournoi TBO en passant par le CRAC et la 2è édition du TRIFAS, TBO a brillé tant en hommes qu’en dames. Ce ne n’est donc pas un hasard de voir l’équipe première, l’émanation des perles issues des catégories inférieures, étinceler chaque saison. Car la vie de cette écurie repose sur une base solide.

  Copier TBO afin de le prendre au piège

« Si Yopougon veut être une grande équipe et rivaliser à armes égales avec TBO, il faut bien qu’il s’adonne à la formation. On ne devient  pas un  grand club en prenant  des joueurs de gauche à droite. La formation doit être une priorité pour tout club ambitieux et sérieux », a confié coach Tomé, entraineur de l’équipe sénior de TBO à l’issue de l’ultime journée. Le remède est donc tout trouvé. Guy Bini et la maison verte sont donc interpellés. « On ne peut prétendre accéder au trône sans pénétrer le palais royal ». Consentir de gros sacrifices en s’investissant dans la formation ! Un gage de succès futur  pour Firmin Kohon et ses partenaires qui bousculent la hiérarchie du rugby ivoirien après seulement quatre ans de présence dans l’élite. Les dirigeants de Yopougon, fort ambitieux, y ont certainement déjà songé ! Et ce ne sont pas les moyens qui manquent ! Simplement qu’à se fier au bon recrutement effectué cette saison et la détermination des vice-champions de Côte d’Ivoire.

La formation s’impose donc  aux concurrents de TBO s’ils tiennent à mettre fin au règne de leur ennemi commun. Surtout que le Rugby Club de Koumassi et d’autres formations, figures de proue du rugby ivoirien par le passé, n’ont plus leur rayonnement d’antan. La formation pourrait aisni permettre à l’ovalie de vivre un suspense total et sortir de la monotonie instaurée par la super puissance de TBO.

 

Lebeni Koffi




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *