Football-Ligue 1 : Grâce à l’ASEC, Abidjan reprend le pouvoir

Perdus dans les abîmes du mutisme forcé  depuis le sacre l’Africa Sports d’Abidjan en 2011, les clubs de la capitale, qui avaient cédé du terrain à ceux de l’intérieur, retrouvent à nouveau de la voix après la conquête de la 25è couronne par l’ASEC Mimosas.

Les clubs d’Abidjan signent leur retour au sommet du football ivoirien. Un retour  fracassant d’ailleurs ! En effet, en décrochant sa 25è couronne nationale, l’ASEC Mimosas réussit deux coups fumants : ceux de retrouver le toit national après sept ans de disette et redonner le pouvoir aux clubs d’Abidjan. Car cela faisait six saisons et le sacre de l’Africa Sports en 2011, qu’aucun club de la grande métropole ivoirienne n’a connu les fastes d’un titre. La faute au Séwé  Sports de San Pédro et l’AS Tanda qui régnaient en maîtres.

La passe de trois du Séwé

Après les Onze frères de Bassam qui avaient enchainé deux titres consécutifs en 1960 et 1961, il était difficile de damer le pion à l’Asec ou l’Africa et à un degré moindre au Stade d’Abidjan sur une saison et à plus forte raison aligner des titres. Mais de 2012 à 2014, le football ivoirien connait un bouleversement inédit. L’avènement du Séwé Sport de San Pedro dans les hautes et glorieuses sphères du football en Côte d’Ivoire ! Cela, 36 ans après le titre du Sporting Club de Gagnoa (1976). Piloté par Eugène Marie Diomandé, le Séwé surprend plus d’un pour son premier titre. Puis la belle et joyeuse machine  composée de  Sylvain Gbohouo, Roger Assalé, Kévin Zougoula Kouéli  et autres Mandela Ocansey, confirme en décrochant un second sacre en 2013 et conforte son hégémonie sur le football ivoirien en réussissant le triplé la saison suivante. Fantastique et historique ! Avant le Séwé, aucun club de l’intérieur n’avait réalisé un parcours aussi glorieux. Toutefois, la belle idylle lâchera son ultime souffle la saison même avec les portuaires afin de s’écrire sous d’autres tropiques.

Tanda voit double

Emoussé sans doute par le départ sous d’autres cieux de ses perles et surtout l’absence prolongée de son président, San Pedro perd pied et cède le titre à l’AS Tanda. Né en 1963, le club qui repose sur les épaules de Cévérin Yéboua a réussi à rallier à sa cause tous les  fils du ‘’Gontougo’’ et les anciens supporters du Sacraboutou Sport, à la recherche de ses marques. Car à peine arrivés dans l’élite, les étoiles du ‘’Gontougo’’ décrochent leur premier  titre lors de la saison 2014-2015 avant d’enchainer avec un second la saison d’après. Coaché par des entraineurs comme Jean Marie Assoumou puis Amani Yao, les Jaune et Bleu écrivent à leur manière leur histoire au sein du football ivoirien. Une belle histoire qui connait son épilogue avec la reconquête du titre par l’ASEC Mimosas après sept saisons infructueuses.

 

Lebeni Koffi




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *