Football-Ligue 1 : ASEC-Africa, un derby à la recherche de son glorieux passé

Le super classico abidjanais, le derby de la lagune Ebrié, ou encore ASEC –Africa, sera la « Topspiel » de la 22è journée de la Ligue 1 ivoirienne. Sur les cendres encore chaudes de la mutinerie, les deux anciens gros bras du ballon rond ivoirien, en quête d’embellie,  sont conviés par la Ligue professionnelle de football à Bouaké et son stade de la Paix pour livrer bataille avec un ballon. Une confrontation d’une grande importance pour les deux clubs qui font partie du trio de tête du championnat. LASEC Mimosas est leader. L’Africa Sports occupe la dernière marche du podium. Quel visage présentera ce samedi ce grand classique du football ivoirien qui, autrefois, passionnait, déclenchait de l’hystérie ? Une rencontre qui faisait chavirer de bonheur et obligeait le pays à s’arrêter pendant 90 minutes et plus ?

Comme Raja-Wac à Casablanca (Maroc), Djoliba – Stade Malien à Bamako (Mali), Boca Junior -River Plate à Buenos-Aires (Argentine) ou le fameux Flu-Fla (Fluminense/Flamengo) à Rio de Janeiro (Brésil) et toutes les grandes villes du monde où le football a une place de choix, Abidjan a aussi son classico. Le derby ASEC-Africa a vu passer des joueurs exceptionnels (Pokou, Kallet , Moh , Abdoulaye Traoré, Lebry Manahoua, Maguy Serge,Youssouf Fofana, Bonaventure Kalou et j’en passe), des entraîneurs emblématique et de grandes qualités ; de vrais stratèges allais-je dire (Keita Mamadou, Philippe Troussier, Oscar Fullone , Ibrahim Sunday ), des présidents charismatiques (Simplice Zinsou, Roger Ouegnin ), des supporters fous qui ne respiraient que pour leur club (Vieux Diaby, Gnahoua Kpin, Troupa Paul, Gaby Show) et enfin des journalistes sportifs tels que Jean Kambiré, Eugène Kacou, Jean Baptiste Kacou Bi, Jean Louis Farrah Touré, Claude Marcel Bosso , Brou Aka Pascal, Kanté Boubacar,  Nasser El Fadel, Brou Bertin Konan, Rash N’Guessan… qui savaient répondre présents pour cette grande messe.

On cassait sa tirelire pour s’accaparer les meilleurs joueurs. Je parle des oiseaux rares comme Brima Camara, Ismaël Daifan, Leslie Allen, Zongo Mamadou, Sogbie Jonathan, Rashidi Yekini, Tarila Okorowanta, James Smith, Henri Owusu, Ayew Marxico, Taofik Malick, John Zaki, Thompson Oliha… Ça c’était la glorieuse époque du derby ASEC-Africa. C’était l’apogée. Hélas ! Aujourd’hui, c’est la période de vache maigre. Notre ASEC-Africa est devenu un match banal,insipide, sans saveur. Ça se joue aujourd’hui devant des gradins quasiment vides. On ne se bouscule guère devant les guichets pour s’arracher un ticket. Avant, c’était à guichets fermés à partir de 10 heures. Le jour du match, les tribunes étaient pleines à craquer.

Le manque d’inspiration des dirigeants sportifs, l’absence de virtuoses dans les deux équipes ajoutés aux crises militaro- politiques et économiques avec pour corolaire les fractures sociales, ont plongé le derby dans une hibernation semblable à celle des marmottes. Samedi, on ira néanmoins jouer à Bouaké pour maintenir la flamme et espérer enfin qu’elle pourrait retrouver sa splendeur d’antan.

Fredy Aka

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *