Athlétisme : Marie José Ta Lou-Ministère des sports, c’est la guerre !

Rien ne va actuellement entre Marie Josée Ta Lou et le ministère des Sports et Loisirs après que la sprinteuse a fait savoir sur Canal+ qu’elle a été abandonnée à son propre sort par son ministère de tutelle.

« Cette année, je n’ai pas de bourse. Je vis chez mon coach et c’est lui qui me soutient financièrement ». Lundi passé, Marie Josée Ta Lou avait ému les Ivoiriens et l’Afrique entière en faisant ces confidences sur le plateau de Talents d’Afrique, l’émission de Canal+. Comment une athlète qui fait actuellement flotter haut le drapeau ivoirien dans les grands rendez-vous de l’athlétisme, pouvait subir un tel sort ? Cette grave accusation de celle qui venait de récolter la médaille de bronze à la Ligue de diamant de Doha, n’a pas laissé le ministère des Sports et Loisirs sans réaction. « C’est avec grand étonnement que nous l’avons écoutée sur les antennes. Cette athlète (Marie Josée Ta Lou) ne peut pas dire qu’elle ne bénéficie d’aucune bourse. Nous ne savons pas à quoi répond cette interview. Mais, une chose sûre, Marie Josée Ta Lou bénéficie d’une bourse d’une valeur de 3,6 millions F CFA (annuellement) et ce, depuis 2013 », fait savoir Mme Hortense Faitai Kinimo, la directrice des Sports de haut niveau.

Le clan Ta Lou demande plus de transparence

En à croire Mme Kinimo, Josée Ta Lou fait bel et bien partie des athlètes boursières des saisons 2016-2017 (l’actuelle) et 2017-2018. Pourtant, la révélation africaine des JO de Rio n’a perçu aucun centime jusque-là. Une situation qu’a tenté d’expliquer la directrice. « Le seul hic, c’est que l’argent n’est plus payé directement par la régie du ministère des Sports et des Loisirs, mais par le trésor public. Ce que je peux dire, c’est que le trésor a déjà payé un premier groupe et attend de faire le virement du deuxième groupe dans lequel se trouve Mlle Ta Lou. C’est donc une question de timing. De là à déclarer qu’elle n’est pas boursière, ce n’est pas exact et elle le sait ».

Cette sortie de la patronne des Sports de haut niveau n’a toutefois pas calmé les ardeurs dans le camp Ta Lou. Une proche de la sprinteuse ne cache pas sa colère. « Marie Josée n’a pas encore perçu l’entièreté de ses bourses de 2015-2016. En ce qui concerne la saison 2016-2017, comment se fait-il qu’on paye certains athlètes et pas d’autres ? Savent-ils dans quelle condition Marie Josée prépare-t-elle les échéances de la saison ? On demande simplement plus de transparence dans la gestion des bourses accordées aux athlètes et rien d’autre ».  

Abdoul Kapo




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *