Handball-Julienne Akpa (coach de l’AS Tanda) : « Il ramener le public et les médias au hand »

Ancienne joueuse et aujourd’hui coach de l’AS Tanda, Julienne Akpa s’est  exprimée sur les maux qui minent le handball  ivoirien non sans ébaucher quelques solutions. La patronne du banc des Etoiles du ‘’Gontougo’’ a également révélé les ambitions de son club cette saison.

 

 Vous sortez d’une assemblée générale avec des débats fort houleux. Quelle analyse vous en faites ?

Nous retenons que les gens aiment le handball. Il y a plein de dirigeants  qui adorent ce qu’ils font. Ils  ont traduit  leur mal  être  au président Joseph Ouréga. Je crois que c’est  bien naturel. C’est leur folie pour le handball qui leur a fait réagir de la sorte. Je sais également qu’il y a beaucoup  de problèmes et que la fédération à elle seule ne peut pas tout gérer. Il est clair que pour avoir des annonceurs  et de gros sponsors, ce n’est pas évident. La fédération  connait assez de difficultés pour faire avancer le handball. Je ne leur en tiens pas rigueur car plusieurs  histoires ont  plombé l’envol de la petite balle  ces dernières années. Il faille que nous nous battions tous main dans la main afin de rehausser ensemble le niveau de cette discipline qui  nous est si chère.

Selon vous, quels sont les véritables problèmes que connait  le handball ivoirien aujourd’hui ?

J ai été joueuse avant d’être coach aujourd’hui. À l’époque,  les stades étaient pleins à craquer. Et  nos matchs étaient suivis par les médias. Aujourd’hui, cela n’est plus le cas. Or, sans  une bonne visibilité, les annonceurs ne viendront jamais. Il faut donc susciter l’intérêt autour du handball en  ramenant le public dans les gradins  sans oublier de convier les médias à nos rencontres les week-ends. Cela en vue de gagner en notoriété et repositionner la discipline. C’est à ce prix que l’on incitera les annonceurs à nous faire confiance et faire chemin avec nous.

 

« On  va s’y mettre tous  afin de redorer le blason du handball ivoirien »

 

Malgré cela, quel regard jetez-vous sur le niveau du handball ivoirien ?

Beaucoup reste à faire malgré un petit bon que nous avons noté ces dernières saisons. Au niveau des dames, il y a une jeune génération très talentueuse qu’il faut suivre. Aussi, faut il rapidement  travailler avec elles en inculquant des valeurs. Parce que les jeunes  d’aujourd’hui n’ont pas la même mentalité que celles d’hier. Nous devons vite les récupérer afin de bâtir une équipe nationale très forte car nous en avons les moyens. Voyez-vous, l’Angola a réussi sa transition sans croupir dans les profondeurs du classement. Il suffit d’un peu de moyens et d’intelligence. On  va s’y mettre tous  afin de redorer le blason du handball ivoirien que nous aimons tous.

Championne en 2015, vous avez connu un fiasco la saison dernière. Qu’est ce qui n’a pas marché ?

Nous avons perdu deux de nos meilleures joueuses alors que nous entamions les phases finales. Il y a Eva qui était blessée et Francine n’a pas pu jouer. Nos adversaires sachant cela, ont pris les autres joueuses en individuel. Voilà comment nous avons déjoué la saison dernière. Je crois que si j’avais eu mon effectif au grand complet, Tanda n’aurait  peut-être pas  remporté les deux titres mais nous aurions peut-être pu rafler ne serait-ce qu’un.

Alors quels sont les objectifs de la saison ?

Je veux d’abord repartir avec la jeune génération. Je ne vise pas forcément des titres mais je veux surtout inculquer à ces filles une mentalité différente qui leur permettra de se transcender sur le terrain et donner le meilleur d’elles mêmes à chaque rencontre .C‘est ainsi que nous aurons des équipes fortes et compétitives tant en club qu’en sélection nationale.

En avez-vous les arguments ?

Nous  avons déjà répertorié des filles. Je ne pourrai peut-être pas les avoir toutes mais les quelques unes que j’aurai, j’entends travailler avec elles consciencieusement  en vue d’atteindre mes objectifs.

 

Réalisée par  Lebeni Koffi




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *