MoloKaï Wesley (Manager de Bembeya jazz) : « Bancé rêve grand pour Oumé »

Manager Afrique de la mythique formation guinéenne du Bembeya jazz, l’Ivoirien Molokaï Wesley est aussi un grand passionné de football. Ex-président de l’Académie football club d’Oumé, l’homme est parvenu à convaincre Aristide Bancé de créer sa future académie panafricaine de football à Oumé (au centre-ouest de la Côte d’Ivoire).

 

Quelle est l’actualité de Molokaï Wesley ?

Avant toute chose, je voudrais rendre gloire à Dieu qui est le maître de nos destins. Aujourd’hui par sa grâce, je suis le manager du groupe guinéen Bembeya jazz. C’est une fierté pour moi de pouvoir être le manager d’un groupe aussi mythique.

Comment avez-vous fait pour vous retrouvez à la direction managériale d’une formation de la dimension du Bembeya ?

Par un simple concours de circonstance. J’étais à Conakry pour une visite amicale à un ami restaurateur ivoirien du nom de Bouba. C’est lui qui m’a présenté au chef d’orchestre du Bembeya, monsieur Sékou Diabaté. Par la suite, on a eu des échanges et on a fini par trouver un accord pour que je sois le manager Afrique du groupe. Et j’ai signé un contrat avec eux. C’est une énorme responsabilité que Dieu m’assigne car quand le groupe Bembeya a commencé sa carrière, je n’étais même pas encore né. Être donc le manager d’une formation qui appartient à l’histoire de l’Afrique, c’est quelque chose de grand. Même si j’ai de grandes ambitions, je ne pouvais imaginer une telle opportunité.

Quelles sont vos ambitions avec le Bembeya ?

La première grande action que je vais mener, c’est la célébration des 55 ans de carrière du Bembeya. A cet effet, nous allons organiser un giga concert le 1er mai prochain au Palais de la culture d’Abidjan. C’est un événement qui va faire date. Je profite de votre micro pour inviter tous les Ivoiriens à venir célébrer comme il le faut le Bembeya à cette occasion. Ensuite, nous envisageons de nouvelles productions discographiques avec de nouvelles sonorités afin de donner un coup de jeune à cette mythique formation musicale. Je vais tout faire pour relancer le Bembeya jazz.

Aristide Bancé, un exemple de combativité

En plus d’être un manager d’artistes, vous êtes aussi un passionné de football. Que devient votre centre de formation de l’Académie football club d’Oumé (AFCO) ?

Le projet du centre de formation a été mis en berne. Mais je ne peux pas donner dos à Oumé qui a donné à la Côte d’Ivoire des footballeurs majestueux comme Bonaventure et Salomon Kalou. L’AFCO a été mise en berne à cause de la crise qui a frappé la Côte d’Ivoire. Mais je me suis battu pour que le projet survive en trouvant une personne qui pourrait donner une autre dimension au projet AFCO. Et cette personne, c’est Aristide Bancé. Pour le lancement de son académie panafricaine Aristide Bancé, celui qui a démystifié le gardien égyptien El Hadary à la CAN, a porté son choix sur notre localité et les installations de l’AFCO. C’est une énorme chance pour la région d’Oumé. Bancé, qui est connu pour ses nombreuses actions humanitaires, va donner une seconde chance aux enfants déscolarisés et déshérités à travers cette Académie que sa fondation va lancer. On ne parle donc plus de l’AFCO, mais de l’Académie Aristide Bancé qui sera bientôt une réalité à Oumé.

Où en est concrètement ce projet ?

Les choses avancent très bien. J’ai été à Oumé avec Abdoul Barré, le coordonateur de la fondation Aristide Bancé. Nous avons même eu une séance de travail avec le préfet d’Oumé à qui je dis merci. Les choses sont fin prêtes pour que nous montrons l’Académie au monde entier. Ce sera une académie panafricaine avec des pensionnaires qui viendront de plusieurs pays africains. Aristide Bancé, c’est quelqu’un qui a la main sur le cœur. Il réalise ce projet pour permettre aux enfants de réaliser leurs rêves, de connaitre le parcours que lui-même a connu. Pour cela, je souhaite longue vie et beaucoup de bonheur à Bancé.

Abdoul Barré et le préfet d’Oumé

Aristide Bancé est de Williamsville, comment se fait-il qu’il a porté son choix sur Oumé pour bâtir son académie de football ?

J’étais à la recherche d’un financier pour poursuivre le travail que j’avais entamé avec l’AFCO. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance d’Abdoul Barré. C’est lui qui a vraiment pesé de tout son poids pour convaincre Aristide Bancé. Comme je l’ai dit, Abdoul Barré s’est même déplacé à Oumé pour se faire une idée des réalités du terrain et faire le tour de nos installations.

Quel est l’état d’esprit d’Aristide Bancé avant le lancement de ce projet ?

Il est très heureux. Bancé a toujours tiré son bonheur dans les actes qu’il pose en faveur des pauvres, des personnes dans le besoin. Il est content de savoir qu’il est adoré même au fin fond de la Côte d’Ivoire. Aristide Bancé est une personne formidable doublée d’un grand joueur. Vous avez vu ce qu’il a fait à la CAN ? En plus de faire briller le Burkina Faso, il a fait honneur au Championnat ivoirien. Il a faire taire tous ceux qui le critiquaient quand il a signé à l’ASEC Mimosas. Aristide Bancé est un géant, c’est un monument. C’est vraiment une chance pour Oumé d’accueillir une telle personne. J’invite toutes les autorités et les cadres d’Oumé à soutenir Aristide Bancé et ce grand projet qu’il va lancer dans notre localité.

 

Réalisée par Joachim Tiégna




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *