CAN 2017 (Bilan) : Bassogog, Traoré, Bissouma, Koffi, l’avenir leur appartient

Âgés tous de moins de 23 ans, Christian Bassogog, Bertrand Traoré, Yves Bissouma et Hervé Kouakou Koffi ont été les grandes révélations de la CAN 2017 qui s’est achevée sur le sacre du Cameroun. Ces quatres prospects devraient parler d’eux très prochainement.

 

Christian Bassogog (Attaquant, Cameroun) :

Elu meilleur joueur du tournoi, Christian Bassogog ne devait pourtant pas disputé cette CAN. Il doit sa présence au Gabon au refus d’Eric Choupo-Moting (Schalke 04) de rejoindre les Lions Indomptables. Mais cela n’a pas empêché Hugo Broos à placer sa confiance d’entrée en Bassogog. Celui-ci a saison cette perche pour montrer tout son talent. Elu deux fois homme du match, auteur d’une passe décisive et d’une réalisation, le joueur d’AaA Aalborg est monté en puissance au fil des rencontres. Gaucher aligné dans le couloir droit, Christian Bassogog a fait admirer ses dribbles, ses coups de reins et sa technique suave. Malgré les railleries sur son âge sur les réseaux sociaux, le joueur d’Aalborg a été très précieux lors des matches à élimination directe. A 21 ans, le nouveau champion d’Afrique a tout son avenir devant lui. D’ailleurs il devrait très rapidement quitté sa modeste formation danoise.

Bertrand Traoré (Attaquant, Burkina Faso) :

S’il n’a toujours pas été régulier durant cette CAN, Bertrand Traoré aura montré qu’il était un joueur plein de potentiel et le joueur majeur du Burkina Faso. Passé l’étape de la phase de poules, le joueur prêté à l’Ajax Amsterdam par Chelsea, a retrouvé toute sa vigueur. Dans son couloir droit, l’homme au pied gauche de velours a constamment mis au supplice la défense tunisienne en quart de finale et celle de l’Egypte en demies, même si c’est lui qui a raté le dernier tir au but qui a provoqué l’élimination de son équipe. A 21 ans, Bertrand Traoré a le temps de progresser et de s’imposer comme l’un des plus grands joueurs africains dans les prochaines années.

Yves Bissouma (Milieu, Mali)

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Ce n’est pas Yves Bissouma qui dira le contraire. Remplaçant en début du tournoi, le natif d’Issia en Côte d’Ivoire, a fini la compétition dans la peau d’un titulaire indiscutable après des entrées en jeu remarquables contre l’Egypte et le Ghana. Techniquement doué, le joueur formé à l’Académie Jean-Marc Gillou de Bamako aura brillé avec une pâle équipe du Mali. Auteur d’un coup franc exceptionnel contre l’Ouganda, Bissouma est une bonne graine qui ne va pas tarder à donner de jolis fruits si le garçon garde la tête sur les épaules.

Hervé Kouakou Koffi (Gardien de but, Burkina Faso)

Le portier du Burkina Faso a été le héros malheureux des demi-finales de la CAN disputées par son équipe. Irréprochable durant les 120 minutes, le sociétaire de l’ASEC Mimosas a ensuite maqué son tir au but alors que le Burkina était en avance. Mais cette ratée ne peut en aucun ternir le bilan global de Koffi. Le portier de 20 ans a été l’une des grandes révélations de cette 31è CAN. Ses reflexes, ses parades spectaculaires ont régalé le public et évité au Burkina Faso des déconvenues. Avec la belle CAN qu’il vient de signer, Hervé Koffi ne devrait pas faire de vieux os à l’ASEC Mimosas.

 

Abdoul Kapo à Libreville




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *