Yves Bissouma (Mali) : « Pourquoi j’ai dit non à Sidy Diallo »

Plein de talent, Yves Bissouma a crevé l’écran à la CAN 2017 avec le Mali, de quoi des regrets à la Côte d’Ivoire, son pays d’origine. Dans cet entretien qu’il nous a accordé à Oyem, le phénomène de 20 ans fait le bilan de sa première CAN et explique pourquoi il a opté pour les Aigles au détriment des Eléphants.

 

Yves, quel sentiment prédomine chez vous après l’élimination du Mali au première de la CAN ?

On est déçu et dépité. Même si notre poule était difficile, je pense qu’on avait les moyens d’accéder aux quarts de finale.

Le Mali a souvent pratiqué un football très plaisant. Qu’est-ce qui n’a finalement pas marché ?

Je ne pense pas qu’on ait été ridicule au cours des trois matches qu’on disputés. A certains moments, on a même surclassé dans le jeu le Ghana et l’Egypte. Mais on a manqué d’efficacité et de réalisme devant les buts. Si on était parvenu à concrétiser toutes les occasions qu’on s’est offert, on en serait pas là aujourd’hui. Mais bon, l’équipe est jeune et manque d’expérience. On va se remettre au travail et revenir plus fort. Dans deux ans, on aura une très grande équipe.

Quel bilan personnel faites-vous de votre participation à cette CAN ?

J’étais à ma première CAN. Ça été une belle découverte pour moi. Je pense avoir donné le meilleur de moi-même. J’ai joué sur mes qualités et mes défauts. Je n’ai que 20 ans, j’ai le temps devant moi. Je vais encore progresser. Sinon, personnellement, je pense avoir tiré mon épingle du jeu, même si je pouvais faire mieux.

Aujourd’hui, qu’est-ce que cela vous fait de jouer pour le Mali alors que vous êtes Ivoirien ?

C’était logique que je joue pour le Mali. J’ai quitté la Côte d’Ivoire à l’âge de 12 ans pour l’Académie Jean-Marc Guillou de Bamako. Finalement, c’est au Mali que j’ai passé mon enfance, que j’ai appris à jouer au foot. Quand les dirigeants de la Fédération malienne m’ont contacté, je n’ai pas hésité.

Vous n’avez jamais été contacté par les dirigeants de la Fédération ivoirienne ?

Ils s’y sont pris tardivement. Ils ont beaucoup hésité avant de s’intéresser à moi. Sinon, je sais que Né Marco a beaucoup manœuvré pour que je joue pour la Côte d’Ivoire. Mais ils (les dirigeants de la FIF) ne se sont pas vite manifestés. Ensuite, j’ai reçu un appel du président de la Fédération ivoirienne et de Gervais (Gervinho, Ndlr). Mais c’était déjà trop tard.

N’avez-vous pas de regrets, vous le petit de Yopougon Sicogi ?

Des regrets ? Pas du tout. Je ne suis plus Ivoirien mais Malien. Je suis vraiment fier de défendre les couleurs du Mali.

 

Réalisé par Abdoul Kapo




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *